Une Russe remporte le Concours Chopin

Ioulianna Avdeeva, 25 ans, originaire de Moscou, est la lauréate du prestigieux Concours Chopin 2010.

Le Concours Chopin, qui se tient tous les cinq ans, passe pour le plus prestigieux des concours musicaux. Il a sacré par le passé Maurizio Pollini (1960), Martha Argerich (1965) ou Krystian Zimerman (1975) et suscitait en cette année du bicentenaire Chopin une attention toute particulière.

Des 347 pianistes du tour préliminaire, 81 ont été admis à la compétition. Trois épreuves ont été nécessaires pour déterminer 10 finalistes. Parmi eux, cinq venaient de Russie. Pour la première fois depuis des lustres, dans un concours international, aucun candidat asiatique ne s'était qualifié! Le seul Canadien, Leonard Gilbert, avait été éliminé au second tour.

Le premier prix est allé à la Russe Ioulianna Avdeeva. Le second prix a été décerné ex aequo à l'Autrichien Ingolf Wunder et au Russe d'origine lithuanienne Lukas Geniusas. Le Russe Daniil Trifonov a fini troisième, le Bulgare Evgueni Boshanov, quatrième, et le Français François Dumont, cinquième.

Commentant le palmarès, l'Agence France-Presse n'a pas manqué de faire état d'une «vive polémique après la victoire de la Russe Avdeeva». La consécration de la première femme lauréate depuis Argerich a déclenché des commentaires acerbes en Pologne. Même le ministre polonais de la Culture s'en est pris au choix du jury.

La diffusion planétaire, hier, sur Internet du concert de gala, permettait de se faire une petite idée. Si on peut oublier les noms du Bulgare et du Français, on gardera celui du subtil Trifonov dans un coin de mémoire. À en juger par le concert de gala, il est assez évident que la pianiste a gagné et que les artistes ont fini seconds.

Lukas Geniusas, qui s'est emmêlé dans sa Valse, se démarque par sa plénitude sonore; alors qu'Ingolf Wunder, un magicien sonore, porte bien son patronyme; miracle! Face à ce recréateur, Avdeeva, tout sauf radieuse hier soir, est une pianiste sincère et extrêmement solide, qui fuit tout chichi.

L'intégrité musicale a été récompensée. C'est déjà arrivé et ce ne sont pas les lauréats dont on se souvient.