Vitrine du disque - 15 octobre 2010

Jérôme Dupuis-Cloutier
Photo: Jérôme Dupuis-Cloutier

Chanson
Gentleman refroidi
Jérôme Dupuis-Cloutier
Indica

Connu d'abord grâce à son groupe Le Roi poisson, et dans une moindre mesure par son projet Le Citoyen, le chanteur et trompettiste Jérôme Dupuis-Cloutier lance sans paravent ou pseudonyme un disque surprenant, à la fois accessible et audacieux. Intitulé Gentleman refroidi, le court album de neuf pièces totalisant une trentaine de minutes est pop, mais avec une touche plutôt unique, hors des contraintes cool du moment. Dupuis-Cloutier, dont la voix peut se rapprocher de celle de Yann Perreau, enrobe ses bonnes mélodies d'un mélange hétéroclite mais harmonieux de guitare, de cuivres, de banjo, de clavier et même de cordes. Ici, on entend un peu le jazz de Gainsbourg ou de Vian; ailleurs, Ferland ou le plus éclectique Frank Martel. Les «rapaillés» y prendront aussi leur pied, d'autant que Dupuis-Cloutier chante Denis Vanier (Les Grands Labours) et Yann Godbout (L'Ontologie de mon être clôt la pièce Nationaliste déchu). Du grand bonheur en noir et blanc. En magasin mardi.

Philippe Papineau

Jérôme Dupuis-Cloutier: Les rochers


***

Reggae africain
AFRICAN REVOLUTION
Tiken Jah Fakoly
Universal / Dep

Sur Africain, Tiken Jah Fakoly, le guerrier du reggae engagé, faisait entendre l'écho de l'Afrique avec l'utilisation d'instruments comme la kora et le balafon. Cette fois-ci, presque toutes les pièces sont habitées par cette résonance qui habite l'appel à la révolution par l'éducation, au refus de la guerre et à la dénonciation politique. Le reggae y est souvent allégé, légèrement plus pop, avec plusieurs introductions acoustiques. Certains titres rappellent les cadences du reggae français à la manière de Tryo. On retrouve aussi le complice Magyd Cherfi pour l'écriture de deux pièces et la chanteuse Asa se livre à un duo vocal avec Tiken Jah, alors que le guitariste Thomas Naïm pimente doucement ce répertoire de reggae roots dorénavant plus ouvert aux nouvelles musiques métisses. Le fond demeure, d'autant que les pistes de base furent enregistrées au mythique studio Tuff Gong, mais le disque renferme une savoureuse nouvelle direction artistique.

Yves Bernard

Tiken Jah Fakoly: Je dis non!


***

Classique
MOZART
La Flûte enchantée. Akademie für alte Musik, René Jacobs.
HM 3 CD HMC 902068.70.

Où va-t-il chercher tout ça? On attendait évidemment La Flûte enchantée de René Jacobs, après Cosi, Les Noces, Don Giovanni, La Clémence de Titus et Idoménée. Ces deux derniers opéras — à travers le poids dramatique de leurs récitatifs — ont été véritablement revalorisés par l'engagement dramatique du chef. La Flûte enchantée, avec une belle équipe de chanteurs, n'échappe pas à un traitement-choc, de plus en plus radical. Le but principal de Jacobs semble être de rééquilibrer le Singspiel (pièce de théâtre chantée) par une présence de tout le texte parlé. Effets sonores, ornementations audacieuses, voire écarts par rapport aux notes habituelles (!?), éloquence orchestrale poussée à son comble, cette Zauberflöte est baignée par le théâtre, mais un théâtre si outré qu'il frise la maniaquerie. Intimidante et décapante, cette nouvelle version est un «autre regard», mais certainement pas une «version de référence».

Christophe Huss

René Jacobs: Mozart Die Zauberflote


***

Réédition
DOUBLE FANTASY STRIPPED DOWN
John Lennon & Yoko Ono
Capitol - EMI

Pourquoi tout ce branle-bas autour des 70 ans que feu Lennon n'aura pas eus? Réponse cynique: parce que dans dix ans, pour les 80 ans qu'il n'aura pas non plus, son public aura dix ans de plus et dépensera dix fois moins. C'était pareil pour les débarqués de Normandie: fallait marquer le coup pendant qu'ils voyageaient encore. Dernier hourra du merchandising, donc. Les produits abondent. Dans le lot, outre les rematriçages des albums de John en solo (qui ne valent pas les remixages d'il y a pas longtemps), on se rabattra sur ce Double Fantasy qui a doublé de volume. À la version de 1980 s'ajoute une variante «déshabillée», pistes de base sans écho ni choeurs ni enrobage. Le fan de ma sorte sera fasciné par la fragilité de la voix nue de Lennon (chavirante dans Woman), mais constatera le plus souvent que l'habillage avait du bon, et se rappellera utilement que, pour moitié, les chansons étaient celles de... Yoko.

Sylvain Cormier

John Lennon: Woman


***

Indie folk
The Age of Adz
Sufjan Stevens
Asthmatic Kitty Records

Avec ce sixième album, Sufjan Stevens met en veilleuse le projet ambitieux d'illustrer en chanson chacun des 50 États américains — était-ce un coup de marketing? — pour plonger dans quelque chose de plus introspectif: les relations humaines et les états d'âme qu'elles provoquent. Même si elle se prête à des thèmes plus sombres et déchirants que sur les précédents Illinois, Michigan et BQE, la voix du chrétien pratiquant est toujours aussi douce et réconfortante et l'on retrouve sur The Age of Adz les orchestrations symphoniques et chorales méticuleuses, caractéristiques de l'oeuvre de Stevens. Le banjo cède sa place à une basse et à des percussions plus présentes, laissant parfois voguer la réflexion vers des sonorités plus proches de l'électro, mais le jeu acoustique de Stevens ramène le tout à une facture résolument folk rock. Bref, un album paradoxal et insondable, à l'image des tourments de l'âme humaine, d'où jaillissent tout de même le beau et la lumière.

Émilie Parent-Bouchard

Sufjan Stevens: I Walked


***

Musique tzigane
ORIENTALSKI KOTKA, VOL 2
L'Orchestre tzigane de Montréal
Indépendant www.orchestretziganedemontreal.com

Carmen Piculeata, c'est l'art de faire exploser un violon tout en finesse, de s'envoler avec une légèreté frénétiquement virtuose, de varier les teintes, de rappeler parfois la flûte de pan, de jouer les classiques aussi bien que du Piazzolla ou des compositions. Connu à Montréal il y a plus d'une décennie avec son groupe Bahtalo, il demeure l'un des secrets les mieux gardés de la ville. Son Orchestre tzigane intègre maintenant violons, alto, contrebasse, percussions, batterie, guitare manouche bop, piano et synthé. Le disque échappe aux canons de la mode et l'enregistrement est réalisé avec les moyens du bord. Et pourtant, il y a ce quelque chose d'envoûtant à redécouvrir ce grand maître, héritier d'une longue tradition familiale des Roms de Roumanie. À voir dimanche à l'église Saint-Irénée avec Meier Sven au violon, Grigore Rau à la flûte de pan et deux danseurs de tango.

Y. B.

Orchestre tzigane de Montréal: Sofia


***

Classique
TCHAÏKOVSKI
Concerto pour piano no 1. Alice Sara Ott, Orchestre philharmonique de Munich, Thomas Hengelbrock. DG 477 8779.

Elle est belle, elle est spectaculaire, elle a du panache, un vrai son et enregistre pour Deutsche Grammophon. Alice Sara Ott a 22 ans, son père est allemand, sa mère japonaise. Les 1ers Concertos de Tchaïkovski et de Liszt, son premier disque avec orchestre, viennent après les Études d'exécution transcendante de Liszt et les Valses de Chopin, qui avaient donné l'image d'une surdouée à forte tête et à poigne. Millimétrée dans Liszt, Ott avait cherché dans Chopin une cinétique tout à fait particulière, défendue avec constance et détermination. Ici aussi, la pianiste semble obnubilée par l'idée d'imprimer sa manière à des oeuvres si souvent enregistrées. Certains passages sont très articulés, comme pour enfoncer un clou, mais sans que l'ensemble (contrairement à Lang Lang) tombe dans l'affectation. Ce disque spectaculaire nous fait attendre le prochain avec intérêt.

C. H.

Alice Sara Ott: Tchaïkovski


***

Ambiant
METALLIC SPHERES
The Orb Featuring David Gilmour
Columbia

Mettons qu'on prendrait la séquence instrumentale au milieu d'Echoes, le rythme hypnotique avec les arpèges extraterrestres de David Gilmour par-dessus et la pulsation de One of These Days qui s'insinue peu à peu dans le mix. Et le riff acoustique de Fearless. Et le moog en folie d'On the Run. On ferait jouer tout ça en boucle, avec des échantillons et des machins et des bidouillages en plus pour que ça coule bien dans le canal. Eh bien, on ne serait pas loin de ce Metallic Spheres, où le groupe The Orb et Gilmour lui-même en personne se sont alliés pour créer du Floyd plus Floyd que Floyd sans Floyd. Les habitués des traficotages de l'Orb reconnaîtront encore leur belle bébelle, mais ce sont les millions de mal sevrés de Meddle, Dark Side et assimilés qui sont les clients visés, et la rechute est garantie. Moi? Quand Gilmour glisse ainsi son tube sur le manche, je redeviens embryon et clapote dans mon liquide amniotique.

S. C.