Vitrine du disque — 24 septembre 2010

Robert Plant
Photo: Robert Plant

Roots
BAND OF JOY
Robert Plant
Rounder - Concord

Plant n'allait pas se planter après le plébiscite Raising Sand: c'était trop béni des dieux, ce pairage avec Alison Krauss; ces timbres entrelacés, ces belles oubliées si bien choisies et arrangées par T-Bone Burnett. Récidive, donc? Pas tout à fait. Le projet d'album-suite du tandem ayant avorté, Plant l'omnipotent s'est offert des équivalents de première valeur. À la place de T-Bone: le «maître ès roots» Buddy Miller (qu'on a vu auprès d'Emmylou Harris). À la place d'Alison, une autre vraie de vraie au chant divin: Patty Griffin. Résultat, c'est tout bon, dans la continuité souhaitée de Raising Sand, à cela près que c'est le Robert tout seul qui signe. En vérité, il en profite pour nous rappeler que le goût des racines, c'est pas d'hier qu'il en trempe ses tisanes. La dominante folk-psyché de plusieurs pièces (Angel Dance, Monkey) nous renvoie exprès à Led Zep III, et même avant: le premier groupe de Plant avait pour nom Band of Joy.

Sylvain Cormier

Robert Plant - Band of Joy


***

Rock'n'roll
MEAN OLD MAN
Jerry Lee Lewis et invités
Verve Forecast - Universal

Mercredi prochain, les pièces d'origine de la machine à rock'n'roll de Jerry Lee Lewis fêteront leurs 75 ans. Et le double d'usure. Sur scène, le fils de Ferraday, Louisiana, se traîne de plus en plus péniblement. En studio, le dernier survivant du Million Dollar Quartet des disques Sun donne encore le change. Surtout quand il y a des invités de prestige (une bonne trentaine de pas-n'importe-qui), le démon du rock'n'roll lui délie les doigts et lui redonne son fabuleux phrasé: c'est lui qui mène, son piano qu'on suit. Écoutez Roll Over Beethoven, avec Ringo Starr à la batterie: c'est Ringo qui a chaud. Parfois ça foire: Bad Moon Rising avec Fogerty, c'était trop demander. Dead Flowers avec Jagger? Malaisé. Mais Sweet Virginia avec Keith Richards et Kris Krisfofferson, You Can Have Her avec Clapton et le suprême «picker» James Burton aux guitares rockabilly, ça vous réveille les morts intérieurs.

S. C.

Jerry Lee Lewis - Roll Over Beethoven


***

Classique
SAVALL
Le Concert spirituel au temps de Louis XV. Le Concert des Nations, Jordi Savall. Alia Vox SACD AVSA 9877 (Pelléas).

Très avisé, Jordi Savall vient «alimenter» musicalement sa large base de fidèles mélomanes classiques parfois décontenancés ou effarouchés par la hauteur intellectuelle ou le militantisme multiculturel pacifiste de projets tels Jérusalem ou les Cathares. Son nouveau disque, enregistré en février 2010, comporte des oeuvres immédiatement séduisantes d'Arcangelo Corelli, Georg Philipp Telemann et Jean-Philippe Rameau. On y retrouve le Concerto grosso op. 6 no 4 du premier, deux ouvertures et un concerto pour flûte du second et la Suite des airs à jouer tirée des Indes galantes du compositeur français. Servi par une prise de son spectaculaire, le disque se distingue par l'éloquence musicale, évidemment, mais avant tout par l'extraordinaire et moelleuse richesse sonore. Nous avons là le plus beau son d'ensemble baroque dont on puisse rêver.

Christophe Huss

Rameau - Les Indes Galantes

***

Classique
GINASTERA
Popol Vuh: The Mayan Creation. Orchestres divers, dir. Gisèle Ben-Dor. Naxos 8.57099.

L'Israélienne d'origine uruguayenne Gisèle Ben-Dor s'est faite l'avocate des musiques d'Amérique du Sud, notamment des oeuvres du Mexicain Sylvestre Revueltas (1899-1940) et de l'Argentin Alberto Ginastera (1916-1983). Ce dernier a mis en scène, dans une musique superbement orchestrée et très colorée, des sujets liés à son continent. On trouve dans ce disque, parfaite synthèse de l'art symphonique de Ginastera, des suites des ballets Estancia et Panambi; des Danses créoles; Ollantay, un drame inca et Popol Vuh. Sous-titré La Création Maya, cette composition occupa la fin de la vie de Ginastera. Le Popol Vuh (Livre de la communauté) est le plus important ouvrage ayant survécu de la civilisation maya. Ce disque, rude et puissant, propose un écho musical original et pertinent à ceux d'entre nous qui, faisant cap au sud, ont visité les vestiges architecturaux de cette civilisation.

C. H.

Ginestera - Invocation

***

Monde
Almost Bootleg
The Other Europeans
www.other-europeans-band.eu

Voici un vrai super groupe: 14 véritables maestros qui s'appliquent à faire revivre une riche collaboration entre klezmorim et lautaris, ces musiciens juifs et roms qui jouaient ensemble tout ce qui vivait musicalement dans la Bessarabie, une région de la Moldavie. Sous la direction d'Alan Bern, pianiste accordéoniste qui a tout connu du revival klezmer, ces «Autres Européens» pénètrent les atmosphères les plus mordantes, lancinantes, tristes, mais se transforment aussi en big band vigoureux et enflammé. Le disque, enregistré en concert, comprend quatre suites de pièces mariant ces deux univers qui sont si proches, en plus d'une autre mettant la clarinette en évidence. Les membres de OE sont de formidables musiciens qui s'imprègnent facilement de la culture de l'autre, donnent de l'espace à tous, ouvrent parfois vers le jazz, varient subtilement les timbres et les volumes. Le résultat est éclatant.

Yves Bernard

The Others Europeans - Klezmer Lautari Suite #2

***

Trad
John J. Kimmel
Un héritage fabuleux
Raynald Ouellet, Christian Maes, et Denis Pépin
Production RO

Né en 1866 à Brooklyn, l'accordéoniste John J. Kimmel a pourtant influencé fortement nombre de musiciens trad québécois, de Joseph Guillemette aux artistes au style de l'école de Montréal. Avec un simple accordéon diatonique à un rang et accompagné d'un piano, il est devenu un véritable pionnier de l'enregistrement sonore. Pour lui rendre hommage, Raynald Ouellet et Denis Pépin, deux des plus brillants accordéonistes d'aujourd'hui, s'associent à Christian Maes, un Français au jeu non moins excitant. Les trois jouent les reels, les jigs, les hornpipes, les polkas, les marches militaires, les thèmes de vaudevilles ou les mélodies populaires internationales avec dénuement et dans le respect le plus total du disparu. Ce disque est en vente au accordeon.montmagny.com/carrefour/index_f.aspx?CategoryId=690. Un clic suffira pour accéder à un pan de l'histoire du début du siècle dernier.

Y. B.

John J. Kimmel - Buck Dance

***

R'n'B / hip-hop
Wake Up!
John Legend & The Roots
GOOD Music / Sony Music

Inspiré de la dernière présidentielle américaine, la collaboration entre l'enfant chéri du R'n'B, John Legend, et le collectif hip-hop The Roots tombe à point alors qu'à l'aube des élections de mi-mandat, les sondages placent le camp démocrate du président Obama dans une position délicate. Ravivant les thèmes sociaux chers au premier président noir des États-Unis — sensibilisation, conscientisation et surtout espoir et engagement —, Wake Up! est un collage de chansons contestataires plus ou moins connues et puisées à même le répertoire soul et funk des années 1960 et 1970. Les Wholy Holy de Marvin Gaye, I Can't Write Left Handed de Bill Withers ou encore I Wish I Knew How It Would Feel to Be Free, popularisée par Nina Simone, créent non seulement un pont entre les générations, mais appellent aussi, avec leurs touches reggae et gospel, à l'éveil des consciences. Un album résolument soul qui insuffle justement une âme à une Amérique en quête de sens.

Émilie Parent-Bouchard

John Legend & The Roots - I Can't Write Left Handed