Maureen Forrester 1930-2010 - Voix de notre terre

Née à Montréal en 1930, Maureen Forrester rencontre Bruno Walter en 1956, à l’occasion de son récital au New York Town Hall, ce qui l’amène au Carnegie Hall l’année suivante comme soliste dans la 2e Symphonie de Mahler, avec l’Orchestre philharmonique de New York. Photo officielle prise à l’occasion de ses débuts comme chanteuse d’opéra.
Photo: Archives Le Devoir Née à Montréal en 1930, Maureen Forrester rencontre Bruno Walter en 1956, à l’occasion de son récital au New York Town Hall, ce qui l’amène au Carnegie Hall l’année suivante comme soliste dans la 2e Symphonie de Mahler, avec l’Orchestre philharmonique de New York. Photo officielle prise à l’occasion de ses débuts comme chanteuse d’opéra.

La chanteuse montréalaise Maureen Forrester, qui nous a quittés mercredi soir dans sa 80e année, a été depuis les années 1950 une des plus grandes ambassadrices de l'art vocal canadien.

La voix est grave, issue de la terre, avec un côté matriarcal rassurant mais aussi un singulier et rare éclat. Maureen Forrester est d'autorité une vraie contralto. Pas une apparition, comme l'Anglaise Kathleen Ferrier, mais une chanteuse à dimension humaine que l'on a associée aux oeuvres de Mahler et de Brahms.

C'est à la disparition précoce de Ferrier, à l'âge de 39 ans, que Maureen Forrester doit sa rencontre avec le chef Bruno Walter, à la recherche d'une voix pour la remplacer. Dans le documentaire Maureen Forrester: The Diva in Winter, on découvre que la chanteuse semble avoir misé sur sa sincérité et son intuition, elle qui apprit le grand solo Urlicht de la 2e Symphonie de Mahler dans l'avion qui l'amenait à New York, où elle rejoignait Walter pour un concert et un enregistrement!

Maureen Forrester est née à Montréal le 25 juillet 1930. Elle apprend le piano, intègre des choeurs d'église puis se met à étudier le chant à l'âge de 16 ans. Le tournant se produit en 1950, lorsqu'elle rencontre le pédagogue Bernard Diamant. Le documentaire précité illustre parfaitement l'importance de Diamant dans la formation et la carrière de Forrester. Il est ce mentor idéal qui a su transformer une «voix» en «chanteuse». C'est en 1953 que sa trajectoire croise celle de John Newmark, qui sera pour le restant de sa carrière l'accompagnateur fidèle de ses récitals.

Forrester fait ses débuts avec l'Orchestre symphonique de Montréal en décembre 1953 dans la 9e Symphonie de Beethoven dirigée par Otto Klemperer. En février 1955, elle débute à Paris lors d'un récital à la salle Gaveau. La tournée européenne qui s'ensuit, arrangée par les Jeunesses musicales de France, lance sa carrière. Malgré tout, elle ne délaissera jamais sa vie de famille, puisqu'elle aura cinq enfants avec le violoniste Eugene Kash, son époux de 1958 à 1974.

Maureen Forrester est documentée dans de nombreuses captations musicales de la télévision de Radio-Canada. Plusieurs ont été rééditées en DVD sur étiquette VAI, par exemple le Tristan et Isolde de 1967 où elle chante Brangäne aux côtés de John Vickers, ou la Rhapsodie pour contralto de Brahms dirigée par Igor Markevitch.

À partir du milieu des années 1960, Forrester se consacre de plus en plus à l'enseignement. En 1966, elle devient directrice du Département d'art vocal à la Philadelphia Music Academy. Elle revient au Canada, à Toronto, dans les années 1970 et s'intéresse davantage à l'opéra. Des rôles comme celui de la Comtesse dans La Dame de pique de Tchaïkovski lui tendent les bras. Elle le chantera d'ailleurs à la Scala en 1990. Forrester occupa aussi la présidence du Conseil des arts du Canada de 1983 à 1988.

Au disque, les gravures de légende souvent introuvables sur le marché, surtout ces deux cycles de Lieder de Mahler, Lieder eines fahrenden Gesellen (Chants d'un compagnon errant) et Kindertotenlieder (Chants des enfants morts) captés à Boston en décembre 1958 sous la direction de Charles Much et réédités uniquement au Japon. Les Rückert-Lieder de Mahler ont été captés trois mois auparavant à Berlin pour Deutsche Grammophon sous la direction de Ferenc Fricsay et sont inclus dans un coffret consacré à ce chef, qui a enregistré avec elle la Rhapsodie pour contralto de Brahms et une fameuse 9e Symphonie de Beethoven, la version utilisée dans Orange mécanique de Stanley Kubrick. L'éditeur montréalais Gala a publié un disque hommage et un album est prévu chez XXI Productions.

On peut voir Maureen Forrester dans plusieurs documents diffusés sur YouTube, parmi lesquels l'Urlicht de la Deuxième de Mahler dirigé par... Glenn Gould!