Le marathon estival de Bernard Adamus

On ne finit plus de dire que les choses vont bien pour Bernard Adamus, mais c'est que tout semble sourire au grand gaillard découvert en 2009. Non, le guitariste à la voix brute ne brûle pas les étapes, mais il monte littéralement les marches deux par deux, en courant.

Innovateur, Adamus? Rassembleur, plutôt. Le Montréalais d'origine polonaise ne réinvente pas la roue, mais son folk un peu trash, ancré profondément dans la culture du Québec, plaît à quiconque aime un peu la guitare acoustique. Certes, Adamus a un côté un peu scato à la Plume, mais son énergie rappelle celle des Colocs, époque Passe-moé la puck. Il cite Richard Desjardins, reprend Piaf et fait un clin d'oeil à Félix Leclerc avec sa pièce Le Fou de l'île — il est d'ailleurs en nomination pour le prix Félix-Leclerc des FrancoFolies.

Après avoir gagné six prix à Petite-Vallée en 2009 et triomphé aux Francouvertes il y a quelques semaines, Bernard Adamus commence une longue tournée estivale de plus de 40 dates avec deux concerts à L'Astral dans le cadre des FrancoFolies.

«On dirait que tous les trois mois, ça se rallonge de trois mois! rigole l'auteur de La Chanson à 100 piasses. Mais je ne me plains pas, c'est l'aboutissement d'un rêve de faire autant de spectacles.»

De Rivière-du-Loup à Matane, en passant par Jonquière, Saint-Irénée, Gatineau et Péribonka, Adamus et ses musiciens verront du pays. «C'est tout du nouveau, je n'ai jamais vraiment voyagé au Québec. Je n'étais jamais allé en Gaspésie avant de passer au Festival en chanson de Petite-Vallée, ni en Abitibi ou au Saguenay. On voyage sur le dos de la musique.»

Sur scène, Adamus fait lever la pâte à tout coup. Ça chante fort, ça tape du pied, ça résonne, ça craque, et pendant les ballades, ça fait frissonner. «On a un beau show de country-blues de brosse assez festif, résume le musicien. On arrive dans des salles où les gens chantent les tounes de A à Z. Ça met un stress sur les épaules. Des fois, je me dis que je suis encore bien à parler de moi-même, de mes petites aventures et de ce qui m'arrive dans la vie, mais en même temps, je me pose la question à savoir si j'ai fait le tour de cette question-là.»

Aux FrancoFolies, ce soir et demain, Bernard Adamus chantera les pièces de son album Brun, mais aussi quelques pièces jamais enregistrées, dont deux qui viennent à peine de voir le jour. «Une est complètement absurde, et l'autre, c'est une ballade qui m'est passée dans la tête, qui est un peu solennelle.» On y entendra aussi probablement Diligence, parue sur la récente compilation des sessions live de CISM, et la pièce Falton Road, créée juste un peu trop tard pour être ajoutée à l'album.

Le chanteur a déjà dans ses cartons le plan d'enregistrer un minialbum, mais le temps manquera cet été. «Il va y avoir de quoi qui va sortir, je ne sais pas quand, mais certainement pas dans les prochains mois. À moins que je fasse un album de Noël!»

***


Bernard Adamus: La question à 100 piasses