Passe-Partout revu par deux Cowboys Fringants

Vous aurez la chance de réentendre des vieux succès mémorables comme Des fois, j'ai peur, Les poissons gigotent, La Berceuse créole ou encore Frotte, frotte, frotte. Vous entendrez aussi des grands triomphes comme La Chanson des biscuits. Où et quand? Au Cabaret du Musée Juste pour rire, en compagnie de JF Pauzé et Dominique Lebeau, deux des membres des Cowboys Fringants.

Les succès de Doualé, d'Alakazou, de Ti-Brin ou de Canelle, Virgule et Pruneau, les deux comparses les reprennent à leur compte, pour une soirée nostalgie ciblée pour les 25 à 32 ans. Ce sont les Cowboys Fringants qui ont d'abord commencé à monter les chansons de Pierre F. Brault, celui qui se cache derrière les hits de Mélodie et de ses petits amis de la garderie. «Mais il y en avait tellement, de bonnes chansons, explique Dominique Lebeau, qu'on a décidé d'en faire un show».

Pour le batteur, l'initiative a démontré hors de tout doute la qualité des compositions: «Ce n'est pas pour rien que ces chansons-là nous ont marqués. C'est tellement musical. Il y a des trouvailles, c'est super bien écrit. Et souvent, les accords sont compliqués. Il y a des tounes où j'ai bûché fort pour les trouver.»

Lors des premiers spectacles hommages à Pierre F. Brault, la palette d'âge était surprenante, selon le cowboy fringant. Vrai que les enfants ont des cousins, des frères, des parents aussi, qui ont succombé à l'émission de télé. Il fera bon se souvenir de Fardoche et de sa perdriole, de redevenir, le temps de quelques chansons, des poussinots et des poussinettes.

Les sketches seront évoqués aussi, pas seulement les chansons. Le tout au gré d'un spectacle «multi-médiocre»: «on a une grosse télé, pis on a mis des extraits du DVD». Et oui, La Berceuse créole sera du lot — «un invariable succès», selon Lebeau — et la gentille Doualé aussi, par le truchement de la télévision.

«Croque, croque, croque, croque / Ils sont succulents / les p'tits biscuits pour les plus grands»: on a même eu un extrait de chanson au téléphone de la part de cet infatigable collectionneur de disques vinyle (il en aurait près de 2000 dans son salon). Avec claviers et guitare, les chansons revivront dans leur esprit d'origine. Et Dom Lebeau ne délaissera pas les percussions. Un bloc de bois, une cloche, une tambourine et un oeuf l'accompagneront: «C'est nécessaire, l'oeuf, pour Brosse, brosse, brosse».

Ce soir à 20h30 au Cabaret.

À voir en vidéo