Violon 2010 - Un concours d'envergure

Les six jeunes violonistes sélectionnés parmi vingt-trois, par un jury de sept violonistes concertistes et professeurs, se mesureront lors de la finale avec orchestre, demain et mercredi au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts. Ils seront accompagnés par l'Orchestre métropolitain dirigé par Jean-Philippe Tremblay.

Les heureux élus sont l'Allemand Korbinian Altenberger (28 ans), les Américains Benjamin Beilman (20ans) et Noah Bendix-Balgley (25 ans), le Russe Nikita Borisoglebski (25 ans), le Sud-coréen Jeayoung Kim (25 ans) et la Japonaise Kyoko Yonemoto (26 ans). Les deux Canadiens Boson Mo et Nikki Chooi ont été éliminés en demi-finale. C'est probablement une satisfaction pour le premier, tant on se demande quelle bonne fée a bien pu le rescaper des quarts de finale où il fut tout sauf convaincant, et une déception pour le second.

L'excellent Chooi et l'impressionnant benjamin de la compétition, le Coréen In Mo Yang (14 ans), font les frais d'un niveau de très gros concours international. D'autres ont de quoi être déçus, car tout concours comporte son lot de victimes expiatoires. En quarts de finale, l'élimination de l'excellent Polonais Mateusz Smól — comme, à mes yeux, celles de l'Allemand Daniel Austrich et du Chinois Dongfang Ouyang — a pu surprendre à juste titre. En demi-finale, la décision difficile à comprendre concerne l'Américain Luke Hsu (19 ans), qui sur le plan de la matière sonore avait peu de rivaux...

Le travail de Radio-Canada, qui s'est surpassé par une couverture Internet rigoureuse et d'une finition impeccable, permet de revoir dans la redoutable Sonate pour violon seul no 6 d'Eugène Ysaÿe, test suprême, ce qui sépare le viscéral Hsu, le recalé, de l'élégant et propret Coréen Jeayoung Kim, heureux qualifié (c'est au début de la demi-finale de Hsu et à 32'30 de celle de Kim). On espère que ce n'est pas le spectre de se retrouver avec trois Américains en finale (tous le méritaient) qui a coûté sa place à Hsu.

Pour donner une idée de l'envergure de l'édition 2010 de ce Concours musical international de Montréal, on prendra l'exemple de Korbinian Altenberger, très supérieur à ses compatriotes Nicolas Koeckert, quatrième en 2003, et Marcus Tanneberger, troisième en 2006, et qui n'est pourtant pas sûr de finir au même rang. C'est en tout cas le musicien le plus original du sextuor final, un cas où l'artiste dépasse le violoniste.

Artiste et violoniste se conjuguent en un étonnant Américain de 20 ans, Benjamin Beilman, sorte de fils spirituel de Gil Shaham (le même moelleux!). Quoi qu'il lui arrive en finale, c'est sur lui que je mise en matière de potentiel de carrière. Mais il y a fort à parier que des candidats aussi brillants et aguerris que Noah Bendix-Balgley et Nikita Borisoglebski, lauréats à diverses places et accessits aux concours Reine-Élisabeth, Long-Thibaud et Tchaïkovski, mettront la barre très haut.

Voici l'ordre de passage. Mardi 1er juin. Nikita Borisoglebski, puis Jeayoung Kim dans le concerto de Brahms. Après l'entracte: Benjamin Beilman dans le concerto de Sibelius. Mercredi 2 juin: Kyoko Yonemoto dans le 1er Concerto de Paganini, Korbinian Altenberger dans le 1er Concerto de Chostakovitch et Noah Bendix-Balgley dans celui de Brahms. Ce sera non seulement passionnant, mais aussi, probablement, de très haut niveau musical.