Concerts - Une série classique est instaurée à la Place des Arts

La direction de la programmation de la Place des Arts (PdA) a dévoilé hier le contenu d'une «Série classique» composée de six concerts. Il s'agit, selon les dires de Paul Fortin, responsable de la programmation musicale, d'une «petite programmation, préambule de ce qui va être fait dans l'avenir».

Mais «ce qui va être fait» n'est pas encore clairement défini: «On va aussi juger à partir de la réponse du public», dit Michel Gagnon, directeur de la programmation de la Place des Arts.

L'attente de voir Charles Dutoit et l'Orchestre de Philadelphie a été déçue — «ce n'est pas d'actualité au moment où on se parle», selon M. Fortin —, mais la «Série classique» (nom provisoire) de la Place des Arts apporte à Montréal ce qui lui manquait depuis de nombreuses années: des concerts et récitals de vedettes internationales. Il est vrai, comme l'a souligné M. Gagnon, que la salle Wilfrid-Pelletier était utilisée à pleine capacité jusqu'à récemment.

La mini-saison, composée en trois mois par Paul Fortin, ancien directeur de la programmation de l'OSM, s'ouvrira le 4 novembre avec la venue de Gidon Kremer et sa Kremerata Baltica pour des oeuvres d'Auerbach, de Kancheli et de Beethoven, un programme risqué et un très bon test du pouvoir d'attraction de ces nouvelles propositions de la PdA à l'égard d'un public montréalais que l'on dit très conservateur.

Les concerts suivants afficheront Joshua Bell, Renée Fleming, Anne Sofie von Otter et les Percussions de Strasbourg. Von Otter, qui n'est jamais venue à Montréal selon Paul Fortin, sera accompagnée par le pianiste de jazz Brad Mehldau et chantera Sibelius, Fauré, Brahms, Strauss, Ferré, Mehldau, McCartney et autres.

L'Orchestre de la NHK de Tokyo dirigé par André Previn viendra mettre un point final à la saison, le 18 mars, avec Kiri Te Kanawa, qui, 15 jours après son 67e anniversaire, se mesurera aux quatre derniers lieder de Strauss.

Michel Gagnon a assuré que la «Série classique» ne grugera pas de subventions supplémentaires et devra être équilibrée par la billetterie et les commandites. Il se dit confiant, étant donné les résultats obtenus par la PdA dans sa programmation en danse. Paul Fortin travaille par ailleurs avec Pro Musica à une série commune et souhaite créer un réseau avec des diffuseurs de Québec (Club musical), d'Ottawa et de Toronto.

La saison 2011-2012 modifiera encore davantage la donne, l'ouverture de la nouvelle salle libérant nombre de soirées. L'OSM, qui occupera les nouveaux lieux, a une possibilité de préemption de 240 jours par an et serait aussi sur les rangs pour programmer ce type de «concerts de prestige».

Les billets (de 30 à 80 $) sont en vente dès aujourd'hui à la billetterie de la PdA.

***

Collaborateur du Devoir