Musique classique - Analekta, les pieds dans le FLAC

L'éditeur de disques classiques québécois Analekta a lancé hier Classique à emporter, une nouvelle boutique de téléchargement en ligne. Un téléchargement pas comme les autres...

C'est la dernière fois sans doute que l'on parlera d'Analekta comme d'un «éditeur de disques»; avec Classique à emporter, Analekta est devenu un multidiffuseur de contenu musical.

Rien de neuf ou d'original à cela, me direz-vous. Sur la forme non, sur le fond oui. Analekta proposera certes, comme tout le monde, le téléchargement en format MP3 à 320 kilobits par seconde, le mode de compression MP3 le moins intrusif. Mais les données sonores seront aussi accessibles en format FLAC (Free Lossless Audio Codec), réputé pour ne pas entraîner de perte par rapport à la qualité CD.

Qui plus est, ces documents sonores seront offerts en qualité CD (16 bits, 44, kHz), mais aussi en qualité de studio ou «master» (24 bits, 88,2 kHz). Ces fichiers seront vendus à 14,99 $ pour l'équivalent d'un CD. À ce prix, le MP3 pour votre iPod sera offert en prime. Car le FLAC demande une reconversion et une compression pour entrer dans l'univers du logiciel iTunes et de votre iPod.

Ce tournant épouse l'analyse d'une demande pour un téléchargement sans perte de qualité, tout particulièrement de la part des amateurs de musique classique et les audiophiles. En quelques mois, l'assertion voulant que le Free Lossless Audio Codec égale la «qualité CD» s'est imposée. Et pour la clientèle actuelle d'Analekta et de la musique classique, c'est la seule porte ouverte acceptable à un changement de mode de consommation de la musique.

Analekta emboîte ainsi notamment le pas de Linn Records et de HDtracks, filiale de Chesky Records.

Il reste à démocratiser le mode d'écoute: la haute définition sonore ne sert à rien en écoute sur des haut-parleurs d'ordinateur ou un dock iPod. Mais sans doute la pénible habitude du signataire de ces lignes de graver des CD à partir de fichiers FLAC touche à sa fin. À terme, les amplificateurs de nouvelle génération accueilleront ces fichiers et certains imaginent même des ordinateurs dédiés, stockant ces fichiers, associés aux chaînes haute-fidélité.

Les discothèques vont se miniaturiser...