Saison 2010-2011 - Le Métropolitain s'offre des invités pour son 30e anniversaire

En présence de Yannick Nézet-Séguin, au lendemain de son concert avec l'Orchestre philharmonique de Rotterdam, l'Orchestre Métropolitain annonçait hier matin, à la mairie de Montréal, sa saison 2010-2011.

Yannick Nézet-Séguin mènera quatre des sept concerts de la saison, la trentième de l'orchestre. On l'entendra diriger des oeuvres emblématiques du répertoire symphonique: 2e Symphonie de Gustav Mahler, en ouverture, le 16 septembre; intégrale du ballet Daphnis et Chloé de Ravel; Don Quichotte de Richard Strauss (associé à la Symphonie «L'Horloge» de Haydn) et Quatrième Symphonie de Bruckner.

En prélude à Bruckner, le Métropolitain a choisi de programmer de la musique actuelle québécoise, avec la création d'oeuvres de Denys Bouliane et Éric Champagne, auxquelles sera adjoint Orion de Claude Vivier. Le Métropolitain nous promet à cette occasion, «un concert jubilatoire; une façon magistrale de terminer en grandes pompes [sic!] le 30e!».

Trois concerts seront donc confiés à des chefs invités, quota logique lorsque l'on prend en compte l'emploi du temps désormais plus que rempli du chef québécois. En octobre, le Métropolitain retrouvera Fabien Gabel dans un programme associant à Petrouchka de Stravinski et aux suites du Tricorne de Manuel de Falla le Concerto pour violon de Freitas Branco, une rare merveille, défendue par Alexandre da Costa.

Les deux autres rendez-vous, en janvier 2011, présenteront un chef français peu connu, Benoît Fromanger, dont le mentor est Valery Gergiev, et la Canadienne Keri-Lynn Wilson, par ailleurs épouse du directeur du Metropolitan Opera, Peter Gelb. Cette dernière sera associée à Nareh Arghamanian dans un programme Liszt-Chostakovitch, alors que Fromanger dirigera la flûtiste du Philharmonique de Rotterdam, Juliette Hurel, dans le concerto d'Ibert, encadré par L'Arlésienne de Bizet et la Symphonie de Chausson.

Le concert Mahler d'ouverture ne sera donné qu'une fois et Daphnis et Chloé, associé au Magnificat de Bach, deux fois. Les autres spectacles tourneront dans les arrondissements entre trois et six soirs.