Spectacle bénéfice au profit de l'ABAT au Medley - «L'Elvis presidente» n'est pas venu seul

Richard Desjardins, alias «l'Elvis presidente». C'est ainsi que Henri Jacob, le véritable président bénévole de l'Action boréale de l'Abitibi-Témiscamingue, a présenté sa vedette: dans les assemblées de l'ABAT, c'est le sobriquet consacré. Et «l'Elvis presidente» s'est présenté sur la scène du Medley, sous les vivats de l'auditoire ravi.

Fred Pellerin avait réchauffé la foule qui en avait bien besoin, rapport au retard dû à la queue des acheteurs de billets de dernière minute: c'était en effet hier une supplémentaire, annoncée in extremis, et il restait quelques places. Ce soir, c'est tout vendu. Eh! C'est pas à tous les shows bénéfice qu'on a Desjardins, Zachary Richard, Mes Aïeux et le génial Fred sur la même scène. A-t-on déjà eu ça, une supplémentaire bénéfice? Encore faut-il que les participants soient disponibles. Et que la demande le justifie. Avec Richard, c'est pas pareil.

Stéphane Archambault, au tour de Mes Aïeux, l'a bien dit: «Quand t'entends: "Salut, c'est Richard..." sur ton répondeur, tu le gardes en archive..» Et tu dis oui. Ledit Richard, reconnaissant, a rendu l'occasion encore plus spéciale: il a asséné chanson nouvelle sur chanson nouvelle. Sept en tout. Décidément, il n'était pas venu seul. Radieux dans sa chemise de cowboy rouge à motifs blancs, armé de sa «guétard», il égrénait ses chapelets de mots nouveaux et on était à genoux. Je citerais tout, avoir pu noter assez vite. L'une d'entre elles, a-t-on appris, a été écrite pour Élisapie Isaac: supplique tendre et belle. Il y avait aussi cette chanson d'amour pas ordinaire où Desjardins déballe un plein «packsack de héros» appelés à la rescousse de sa déclaration passionnée: «Avec l'amour de Jésus / Avec la souplesse de Tarzan.....» Et ainsi de suite, Picasso, Rimbaud, et Karl Marx en renfort, jusqu'à l'aveu final: «Avec mon packsack de héros / Et mes p'tits défauts / J'm'en viens t'aimer.»

C'était trop beau, j'étais moins attentif ensuite. Zachary n'était pas moins chavirant, guitare-voix, et Mes Aïeux pas moins efficaces avec leur Déni de l'évidence. À la fin, après un Mille après mille collectif et une autre nouvelle chanson, «l'Elvis presidente» a livré en quelques mots l'essentiel du message de la soirée: «Où que vous soyez sur le territoire, la nature vous appartient, défendez-vous.»