Musique - Sauver la planète, un accord à la fois

The Duhksa utilisé de l’encre au soja pour son album le plus récent, Fast-Paced World.
Photo: Agence France-Presse (photo) The Duhksa utilisé de l’encre au soja pour son album le plus récent, Fast-Paced World.

New York — Jouer sur des instruments en bois issu d'arbres tombés naturellement, utiliser des matériaux recyclables pour les pochettes d'album ou partir en tournée dans des autocars au carburant propre: les orchestres nord-américains se mettent au «vert».

The Giving Tree Band, un groupe de folk-rock originaire de l'Illinois , s'apprête à publier en août ce qu'il affirme être le premier album écologique, Great Possessions.

«Sauver la nature est une tâche essentielle pour les générations futures», dit Eric Fink, cofondateur de la formation dont le nom peut se traduire par «le groupe qui donne des arbres».

L'orchestre suit l'exemple de formations plus connues, comme Radiohead ou Kings of Leon, qui se produisent lors de festivals à tendance écologique.

Radiohead a récemment refusé de se produire à Glastonbury, en Grande-Bretagne, pour protester contre l'absence de transports publics. L'orchestre a réduit l'équipement qu'il transporte en tournée, n'utilise plus que des ampoules à basse consommation d'énergie et des bouteilles d'eau à remplir. Pour enregistrer leur nouvel album, les huit musiciens du «Giving Tree Band» ont parcouru à bicyclette 5600 km en 30 jours pour se rendre quotidiennement dans un studio équipé de panneaux solaires. Le studio est situé dans le Centre Aldo Leopold, à Baraboo, dans le Wisconsin, et c'est un des rares bâtiments verts certifiés LEED aux États-Unis (Leadership in Energy and Environmental Design).

Deux guitares et une mandoline utilisées par le groupe proviennent d'arbres tombés naturellement. Les musiciens rêvent d'une tournée en canoë sur le Mississipi.

Le groupe enregistre actuellement un troisième album à Crooked Creek, un studio de l'Illinois qui compense ses émissions de gaz de serre en investissant dans les éoliennes. Encre végétale et matériaux recyclés seront utilisés pour la production du CD.

The Duhks, un groupe de bluegrass/folk-rock actuellement en tournée aux États-Unis et au Canada, est également très conscient de l'environnement, mange végétalien, roule au carburant propre et a utilisé de l'encre au soja pour son album le plus récent, Fast-Paced World.

The Duhks s'est associé à diverses organisations écologistes, comme Bioneers, BoGo Lights ou carbonfund.org. Leur défi est de «convaincre les gens que c'est possible et que ça en vaut la peine», dit la violoniste Tania Elizabeth. Mais se mettre au «vert» coûte cher. The Duhks ne peut pas encore s'offrir le moyen de transport de leurs rêves, un autocar à carburant propre équipé de panneaux solaires.

Avec l'aide de Loatree, une organisation écologiste, l'orchestre reggae Soul Majestic a créé sur son site un lien présentant des conseils de style de vie et de consommation.

«Nous espérons aider les gens à intégrer la réflexion écologique à leur vie quotidienne», dit David Forston, producteur de l'orchestre et fondateur de Loatree.

Tout n'est pas toujours facile, surtout quand il s'agit de renoncer au confort, comme celui de la chaleur ou des serviettes en papier. «Il est beaucoup plus facile d'être paresseux», reconnaît Oriana Sanders.