26e Festival de la chanson de Tadoussac - Des kilomètres qui valent le détour

Coup de coeur l’année dernière, l’énergique chanteuse française MeLL sera de retour au Festival, qui s’en est amouraché.
Photo: Agence France-Presse (photo) Coup de coeur l’année dernière, l’énergique chanteuse française MeLL sera de retour au Festival, qui s’en est amouraché.

Le 26e Festival de la chanson de Tadoussac s'ouvre enfin demain. Enfin, parce que, parole d'habitué, une fois qu'on a eu l'occasion de mettre le pied sur cette pointe de terre qui garde l'entrée du fjord du Saguenay, on y revient. Un désir d'autant plus grand que la programmation 2009, qui se prolonge jusqu'à dimanche, promet que les kilomètres parcourus en vaudront amplement la peine.

Il y a évidemment les valeurs sûres que sont les Daniel Bélanger, Mara Tremblay et son groupe hyper solide, Yann Perreau et son Serpent sous les fleurs, sans compter les Catherine Major et Pagliaro. Mais pour les retardataires, sachez que les fans des lieux ont la gâchette rapide lorsque vient le temps de réserver leurs places, dès la divulgation de la liste des artistes invités sur la Côte-Nord.

Peu importe, il y aura assurément de quoi se sustenter avec les multiples scènes extérieures ou assises dans les petits bars de ce village de 800 âmes. Et les belles surprises viennent autant du Québec que d'Europe. La Française MeLL, par exemple, qui revient exceptionnellement pour une deuxième année consécutive, pour cause de coup de foudre avec le Festival. Énergique à souhait.

Ses compatriotes des rocambolesques Fatals Picards vaudront eux aussi le détour, d'autant plus qu'ils se produiront à l'épicentre festif que représente le site de l'Auberge de jeunesse. Même scène pour le slam d'Ivy, tandis que Misteur Valaire sera à quelques mètres de là, tout comme La Patère Rose, Beast et enfin Pépé, à quelques pas de la plage. Une trentaine de noms en tout pour une programmation à la fois dense et diversifiée. Un bel amalgame, dixit la directrice artistique et fondatrice du Festival, Catherine Marck.

Ceux qui veulent s'ouvrir l'appétit pourront arriver dès ce soir, puisque l'événement débute par un spectacle des artistes en résidence. De jeunes talents méconnus — ils seront huit cette année — qui ont souvent quelque chose de très bien et de franchement travaillé à présenter.

Tadoussac, c'est aussi quatre festivals en un. On a d'abord un jeudi tout en douceur, avec une affiche moins abondante et qui laisse le temps au festivalier de prendre ses aises. Vient ensuite un vendredi touffu, où l'étude de la programmation s'impose afin de coordonner le plus efficacement possible les courts déplacements à pied dans le coeur du village. Le samedi, c'est le grand boom touristique, dernier tour de piste des artistes qui sont là pour deux, voire trois soirs. Et on boucle la fin de semaine par un après-midi dominical aussi doux que les vagues qui viennent s'échouer dans la baie, bercés par les figures marquantes du Festival.

Le village revêt à lui seul un cachet exceptionnel. Il s'agit d'ailleurs du seul endroit au Québec où on peut demander à n'importe qui si Capitaine crochet est de retour cette année, et ce, sans passer pour un hurluberlu. Votre interlocuteur devrait même vous répondre le plus naturellement du monde que ce rorqual commun — qui dépasse facilement les 20 mètres — est effectivement dans les parages, quelque part entre Tadoussac et Grandes-Bergeronnes.

***

www.chansontadoussac.com