Constantinople en concert - La Sublime Porte: Istanbul à travers les âges

Istanbul, ville grouillante, terre du Milieu d'où l'on peut contempler l'Asie de l'Europe, devient la muse du nouveau concert que présentera Constantinople ce soir au Centre Pierre-Péladeau à Montréal et demain au Palais Montcalm de Québec.

«Plus qu'une ligne de démarcation, c'est un point de jonction entre deux mondes, explique Kiya Tabassian, le directeur artistique de Constantinople. Pour lui rendre hommage, nous proposons un voyage musical en remontant le temps depuis les musiques byzantines et ottomanes jusqu'aux dernières tendances de la musique électronique.»

Fidèle à sa démarche habituelle, Constantinople fera se rencontrer des musiciens de différentes cultures. Kiya et Ziya Tabassian, deux Montréalais d'origine persane, le gambiste Pierre-Yves Martel et la virtuose du kanun Didem Bashar accueilleront des artistes aux univers aussi différents que Mercan Dédé, multi-instrumentiste de renom qui célèbre l'art soufi à travers la loupe électronique, et Kyriakos Kalaitzidis, oudiste grec qui représente une forte composante d'Istanbul. Reste Misirli Ahmet, un musicien turc surnommé l'Égyptien, qui est considéré comme l'un des meilleurs joueurs de darbouka sur la planète. «Pendant deux ans, il s'est réfugié dans le désert en Égypte. Lorsqu'il en est ressorti, il avait inventé des techniques que personne ne pouvait jouer», explique Kiya Tabassian.

Surtout instrumental, le répertoire de La Sublime Porte est composé de pièces de presque tous les artistes présents. Une première partie sous le signe de l'acoustique mènera vers une finale en interaction avec l'électronique. Un voyage à travers les âges.

***

Collaborateur du Devoir

***

- Au Centre Pierre-Péladeau à Montréal, ce soir à 20h, et au Palais Montcalm à Québec,

demain à 20h.

À voir en vidéo