Vitrine du disque

Pop: Sentiments humains - Pierre Lapointe - Audiogram / Sélect: Avec Mutantès, Pierre Lapointe nous avait jetés sur le derrière. Décors fous, éclairages surprenants, danseurs intrigants, plein de mélodies accrocheuses. Ne sont restées de cette aventure que les chansons, dont une partie forme l'album Sentiments humains. Et... bof. Sans leurs apparats de scène, ces 12 titres de Lapointe se font moins réussis, voire parfois agaçants. Les mélodies du grand Pierre sont très efficaces et bien ficelées, mais ce disque donne l'impression d'entendre une décoction distillée de ses précédents albums — qui eux décoiffaient. Les envolées de cordes arrivent sans surprise, comme les balades piano-voix ou guitare-voix. Énormément de talent, mais une impression de déjà-vu. S'ajoute à ça le fait qu'à travers les textes, l'auditeur est confronté à des émotions intenses et extrêmes. Les amours apocalyptiques et les pactes charnels («J'ai signé de ma sève / un contrat, une trêve / tu es à moi»), finissent par étourdir et accabler. Lapointe s'offre en livre ouvert, mais nous rejoint beaucoup moins. Mini-album gratuit pour les 15 000 premiers acheteurs.

Philippe Papineau

***

Folk

Last Kiss

Zachary Richard

Musicor

Clairement, il se passe quelque chose avec ce nouveau Zachary Richard, qui marque son retour dans le giron anglais: tous les préjugés que pouvait traîner l'auteur-compositeur-interprète quant à la qualité de sa production anglophone — qui n'a jamais connu le même succès que celle francophone — viennent en effet de prendre le bayou. Car le Zachary de Last Kiss est essentiellement le même que celui de Cap enragé, Coeur fidèle ou Lumière dans le noir, sa lumineuse trilogie francophone. C'est-à-dire un authentique songwriter à la plume et la guitare plantées dans l'americana, un créateur de belles ballades folk poussées d'une voix un peu plaintive, un auteur de textes retraçant l'histoire et le quotidien de la Louisiane avec ce qu'il faut de sensibilité et d'images. Un Zachary tout cohérent. Mais bon, ce qui nous fait dire qu'il se passe vraiment quelque chose ici, c'est que la dernière chanson du disque est chantée en duo avec Céline Dion, et que même le collègue Cormier l'a aimée, c'est dire si l'ensemble de la production est bien...

Guillaume Bourgault-Côté

***

Chanson

Fais-moi la tendresse

Ginette Reno

Melon-miel - Sélect

Dit, redit et réitéré: les albums de la grandissime Ginette Reno me laissent invariablement en deçà de ce que je veux de la grandissime Ginette Reno (sauf ceux de 1969-71, formidables et soulful). Moi, depuis toujours, je veux d'elle le blues qui saigne, le gospel qui soulève. Qu'elle soit notre Bessie Smith, notre Mahalia. Elle pourrait. Elle ne veut pas. N'a jamais voulu. Son public non plus. Trop remuant, trop souffrant. Ginette veut aller mieux. Guérir. Et guérir le Québec du même élan. Ce disque, comme les autres, est une thérapie personnelle et collective. Chaque chanson — la plupart écrites expressément pour elle — est une séance. Attends jusqu'à demain fait du bien aux gens qui ont perdu un enfant. J'ai 62 ans conforte ceux et celles qui redoutent de vieillir. Et ainsi de suite. Confier réalisation, orchestrations, arrangements et mixage à son fils Pascalin procède de la même intention: grandir ensemble, comme on dit en psycho-pop. Tant mieux pour eux. Tant pis pour moi.

Sylvain Cormier

***

électro

Thunderheist

Thunderheist

Big Dada - Outside

L'engouement pour Thunderheist se fait sentir depuis plus de deux ans déjà. Le premier album du duo vient pourtant tout juste de sortir en magasin sur la prestigieuse étiquette londonienne Big Dada. Ce disque portant le nom du groupe présente d'un côté le rap sensuel et festif de la rappeuse torontoise d'origine nigériane Isis. De l'autre, les rythmes électro-hip-hop à la basse vrombissante du DJ montréalais Grahm Zilla, déjà très connu de la scène club d'ici, rappellent certains classiques techno autant que les musiques afro-américaines dites «booty». L'objectif avoué est bien sûr de faire danser. Et ce défi est relevé haut la main. Cependant, l'ensemble manque parfois un peu d'ampleur. Les références musicales sont si nombreuses qu'elles semblent masquer les personnalités fortes des deux artistes. Si le duo s'est fait connaître par ses prestations scéniques enivrantes, ce premier passage sur disque marque tout de même un premier pas très prometteur, particulièrement quand celui-ci s'éloigne des rythmiques house. Lancement demain au Club Soda de Montréal.

Étienne Côté-Paluck

***

Monde

Déserts

La Nef

Fidelio / SRI

Après sa miraculeuse traversée avec Les Charbonniers de l'enfer, la Nef lance le disque du spectacle qui a remporté un prix Opus l'an dernier. Un disque qui plonge au coeur des Amériques, du Sahara et de l'Asie. Un disque de flûtes du monde à l'unisson, tout en polyphonies, en respirations, en silences. Un disque en dialogue avec le temps qui s'arrête et l'être vivant qui y cherche sa place, là où se perçoivent l'immensité du sable à perte de vue, du soleil qui brûle, de la pluie qui tombe goutte à goutte. Les cordes d'Andrew Wells-Oberegger donnent de l'espace. La contralto Claire Gignac livre quelques chants traditionnels nahuatl et inuits. Le multiflûtiste Pierre Hamon explore des instruments comme la kuisi colombienne, le hulusi chinois ou le bansuri indien sur un tapis de tambourins et de multipercussions tissé fort habilement par l'Italien Carlo Rizzo et le Montréalais Patrick Graham. Une traversée du désert qui n'a rien de pénible. Bien

au contraire.

Yves Bernard

***

Électro-pop

Jewellery

Micachu and the shapes

(myspace.com / micayomusic)

C'est le phénomène du moment dans les clubs confidentiels des métropoles qui aiment se sentir à l'avant-garde: New York, Barcelone, Liverpool, Cologne, Glasgow... Elle s'appelle Micachu, elle a 21 ans, elle transporte avec elle une petite électro-pop franchement expérimentale, hautement texturée, agréablement neuve et forcément, avec une sonorité qui fleure bon l'aujourd'hui conjugué au temps de demain, la carrière de cette artiste ne fait que commencer. Par son Jewellery, album en formation dont plusieurs extraits sont disponibles sur Myspace, la menue Mica Levi (c'est son nom) trace ici les contours d'une pop électronique et ludique solidement posée sur des bases musicales classiques — fille de musicien, la p'tite Mica a passé son enfance accrochée à un violon. Mais les instruments de soutien eux, aspirateur, guitare modifiée pour être «grattée» avec un marteau ou bouteilles de verre, ne le sont toutefois pas. Au final, cette recherche musicale n'est pas sans rappeler celle du groupe brit Garbage, à une autre époque.

Fabien Deglise

À voir en vidéo