Le 18e Festival de musique du Maghreb se place sous le signe de l'urbanité ouverte

Hakim Salhi
Photo: Hakim Salhi

Le retour de l'Algérien Hakim Salhi, une soirée de slam montréalais avec Queen K, un programme de musique métisse initié par Khalil Abouabdelmajid du groupe Bambara Trans: le Festival de musique du Maghreb présente sa 18e édition au Balattou et au Kola Note jusqu'à samedi. Voyons ça de près.

Ouverture ce soir avec Slam alikoum et les mots de Queen K, une slameuse montréalaise théâtrale à souhait, qui s'inspire aussi bien du théâtre grec que de l'univers de Fellini ou de la réalité des jeunes de la deuxième génération d'immigrants. Une artiste engagée qui s'est signalée à Slamontréal ou à Bienvenue à la slamcité. En première partie: Mohammed, une découverte qui vient d'Algérie.

Demain soir, Khalil de Bambara Trans rassemble avec son groupe six chanteurs montréalais qui font partie de six des principales formations musicales qui font émerger à Montréal la richesse de la création maghrébine. Au programme: le gnawa de Nazir Bouchareb; l'oud berbère, arabe et arabo-andalou d'Hassan El Hadi; le folk mondial de l'auteur compositeur Elyes Landoulsi; le chaâbi algérien du joueur de cordes Abdel Karim Saada; et l'arabo-andalou ou le flamenco arabe d'Hamza Abouabdelmajid.

En clôture samedi soir: Hakim Salhi, la véritable révélation de la scène extérieure du FINA l'an dernier. D'Algérie, le chanteur chorégraphe projette son chaâbi, son raï funky et sa musique alaoui à l'aide de déhanchements spectaculaires. Il s'amène avec deux danseuses des Ballets folkloriques algériens. Une soirée entre tradition et fusion électronique.

***

Collaborateur du Devoir

***

- Slam alikoum: au Balattou, ce soir à 21h.

- Le Maghreb dans tous ses états: au Kola Note, demain

à 21h.

- Aux rythmes du raï avec

Hakim Salhi: au Kola Note samedi 21 mars à 21h.

- Renseignements: 514-790-1245

À voir en vidéo