Musique - En attendant Lhasa

La chanteuse Lhasa de Sela a présenté hier quatre des pièces qui composent son troisième album, à paraître dans un mois.
Photo: Jacques Grenier La chanteuse Lhasa de Sela a présenté hier quatre des pièces qui composent son troisième album, à paraître dans un mois.

Un mur de hauts parleurs ultraperformants, quelques fauteuils en cuir souple, une lumière printanière qui filtre par les fenêtres et Lhasa de Sela en personne pour raconter à quelques journalistes l'ambiance de ses nouvelles chansons: voilà ce que l'on appelle de bonnes conditions d'écoute.

Lhasa a ainsi présenté hier matin quatre des pièces qui composent son album à paraître dans un mois, intitulé avec une certaine logique Lhasa. Un disque qui se déclinera tout en anglais, après La Llorona (1997, entièrement en espagnol, le disque qui l'a fait connaître ici, aux États-Unis et en Europe) et The Living Road (2003, partagé entre le français, l'anglais et l'espagnol).

Pour ce que nous avons pu en entendre hier, il s'annonce plutôt folk américain dans le son, plus près de son deuxième disque que du premier. Il y a là des effluves country (Is Anything Wrong et Fool's Gold), d'autres très Tom Waits (Love Came Here), quelques notes de harpe, d'autres de pedal steel. Mais il y a surtout la voix vibrante de Lhasa, plus haute perchée qu'à l'habitude.

«J'ai eu des problèmes de voix récemment, a indiqué la chanteuse, les cheveux très courts. En travaillant avec un professeur, je me suis aperçue que j'utilisais mal ma voix, que je chantais trop grave.» Alors hop: elle a monté dans la gamme pour se trouver une zone de confort qui représente selon elle sa «voix naturelle».

Cette mutation accentue aussi une autre évolution chez la chanteuse: son chant est moins dramatique, beaucoup plus posé. Même lorsqu'elle frôle Tom Waits dans le ton, elle demeure sobre. Un autre apprentissage, dit-elle: «Moins j'en fais, mieux c'est. Mais ç'a été une longue route pour me rendre là.»

L'album a été enregistré à Montréal de façon analogique (sur ruban, à l'ancienne): cela pour un son plus live, plus senti, laissant davantage de place à une certaine spontanéité, a-t-elle dit. Pour le reste, on verra le 21 avril.

Lhasa a connu un très grand succès au Québec et en France avec son premier disque, écoulé officiellement à 125 000 copies au Canada. Six ans plus tard, The Living Road s'est vendu à près de 70 000 copies

au pays.

À voir en vidéo