Concerts classiques - Chef et choeur en vedette

La Salle Wilfrid-Pelletier était très copieusement garnie pour le concert de gala organisé par l'Institut du cancer de Montréal. L'opération est d'envergure pour l'Institut puisque le profit net de la soirée, annoncé par Raymond Garneau, son président, s'est élevé à 400 000 dollars.

Les artistes ont mis beaucoup de coeur à l'ouvrage, et Yannick Nézet-Séguin s'est dépensé sans compter, dès les premiers extraits musicaux de Carmen. D'emblée aussi, le choeur a donné de la voix avec passion. Ce n'était pas le chant choral le plus raffiné du monde, mais, au chapitre de l'engagement, les choristes du Métropolitain n'ont de leçon à recevoir de personne. Au bout de la soirée, j'ai davantage retenu ces beaux moments de choeurs d'opéras bien choisis et bien en situation que les prestations — pourtant fort honorables — des solistes.

Gianna Corbisiero est une Carmen toujours efficace, mais dans l'air de la Comtesse des Noces de Figaro et celui de La Wally, les tempos plutôt rapides permettent de cacher que la ligne de chant n'est pas la plus longue, la plus ample et la plus voluptueuse qui soit. La soprano canadienne, véritable caméléon, puisque sa biographie nous apprend qu'elle a incarné «les rôles-titres d'opéras comme [...] I Pagliacci, Gianni Schicchi, Don Giovanni [...]», reste une chanteuse sûre et solide.

Marc Hervieux est apparu fatigué sur le plan vocal. En puisant dans ses ressources, il a répondu aux attentes, mais ceux qui connaissent bien sa voix ont pu percevoir des resserrements du timbre, une certaine nasalisation dans Roméo et Juliette, une fin d'air de Cavarossi (Tosca) littéralement jetée en pâture. Ou bien le stress vocal est grand ces temps-ci, ou bien à force de chanter Starmania, des chants de Noëls et des chansons napolitaines, notre ténor tend à homogénéiser les styles. À moins qu'il n'y ait un peu de tout cela...

L'Institut du cancer a garni ses caisses, les spectateurs ont passé une bonne soirée, Yannick Nézet-Séguin a mis en évidence son tempérament de chef d'opéra et Marc Hervieux a montré à tout le monde qu'il avait besoin de vacances.

***

CONCERT CONTRE LE CANCER

Airs, choeurs et extraits de Carmen (Bizet), Roméo et Juliette (Gounod), Faust (Gounod), Manon (Massenet), Les Noces de Figaro (Mozart), Nabucco et La Traviata (Verdi); L'Arlesiana (Cilea), La Wally (Catalani), Tosca, Madame Butterfly et La Bohème (Puccini). Gianna Corbisiero (soprano), Marc Hervieux (ténor), Choeur et Orchestre Métropolitain du Grand Montréal, Yannick Nézet-Séguin. Salle Wilfrid-Pelletier, vendredi 13 février 2009.