Le phénomène Mutek - Musiques émergentes

Il y a encore de l'espoir pour les créneaux parallèles. En 2000, une poignée d'individus organisait à Montréal un festival de cinq jours voué à la diffusion ainsi qu'au développement des formes émergentes de musique électronique. Déjà, à sa quatrième édition, le succès de Mutek ne cesse de croître et de faire jaser un peu partout à travers le monde. Et si MNM était le prochain Mutek?

DJ et coprogrammateur de Mutek, Vincent Lemieux connaît plutôt bien la scène électronique montréalaise. Proche de Marc Leclair (Akufen), Scott Monteith (Deadbeat) et Steve Beaupré, il vient tout juste de mettre sur pied avec eux la nouvelle étiquette Risquée. C’est pourquoi on lui a demandé de dresser une sorte de bilan de santé de Mutek, à l’instar du foisonnement des musiques urbaines dans la métropole. «Si les choses vont bien, Mutek risque de voyager à Berlin ainsi qu’à Valparaiso, au Chili, dès le mois de janvier 2004, précise-t-il. On veut aussi organiser des soirées Micro_Mutek à l’extérieur de Montréal, afin de promouvoir le festival un peu partout. Le directeur artistique, Alain Mongeau, revient justement du MIDEM où les rencontres ont été très positives. Pour la quatrième édition, qui se tiendra du 28 mai au 1er juin 2003, on réfléchit avec espoir sur une manière de développer un spectacle de laptop. L’aspect visuel devrait s’étendre à plusieurs niveaux.»

Entente avec Kompakt

Au sujet de Risquée, Lemieux parle d’une entente avec l’étiquette allemande Kompakt, qui prête un sérieux coup de main. Le but reste essentiellement de sortir, sur vinyle, des pièces fortes où le côté rigolo prédomine. Par rapport à la scène locale, Vincent Lemieux commente sur une note plutôt lucide. «En ce moment, il y a une baisse générale des ventes pour la musique électronique. Après de grosses sorties pour Marc [Akufen sur Force Inc.], Scott [Deadbeat sur ~scape] ou Mike Shannon [Force Inc.], l’année 2003 s’annonce quand même fort prometteuse. On entendra sans doute beaucoup parler de Tim Hecker avec son nouvel album sur Mille Plateaux [Radio Amor, chez les bons disquaires le 25 mars] et d’Akufen avec la suite de My Way dans les environs du mois de novembre.»

Aussitôt, on le questionne sur l’engouement qui ne cesse de monter à l’extérieur de nos frontières. Des labels prestigieux comme Force Inc. vont même jusqu’à ouvrir des bureaux à Montréal. Est-ce qu’un pareil phénomène risque encore de soulever l’intérêt en 2003?

«Il y a des créateurs extraordinaires dans la métropole, mais il faut aussi comprendre qu’une réelle démarche musicale ne s’improvise pas du jour au lendemain. C’est comme écrire un livre, on ne compose pas sur le bord d’une table. Je crois que Mutek stimule également grâce à un réel échange entre les artistes électroniques. On entendra peut-être davantage parler de EGG et de quelqu’un comme Steve Beaupré en 2003.»

Compétition

De plus, d’autres manifestations telles que le MEG ou ELEKTRA ne viennent-elles pas compromettre les enjeux en sol québécois? Sans vouloir envenimer certaines polémiques, Lemieux admet que les rapports sont parfois difficiles. «Bien des personnes associent encore systématiquement la musique électronique aux raves, alors qu’un festival comme Mutek n’a rien à voir avec cette mode. Le vrai problème à Montréal reste encore, selon moi, les lieux de diffusion. Il faudrait avoir accès à davantage d’endroits comme O Patro Vys [sur Mont-Royal Est, en haut du Bily Kun]. En ce qui concerne le MEG et ELEKTRA, on ne cherche pas à se créer d’ennuis. Chacun a sa place de même que son rôle à jouer.»

En attendant la prochaine édition de Mutek, le DJ du Laïka espère aussi qu’une soirée Micro_Mutek se déroule à Québec quelque part au début du printemps. «Il faut aussi promouvoir l’événement dans les environs, c’est pourquoi une visite à Québec s’impose dans les mois à venir. On va arriver avec des noms connus de la scène montréalaise.» Jouissant d’une renommée internationale, le festival doit maintenant apprendre à grandir sur son propre territoire. Pour ceux qui aimeraient en connaître davantage sur ces musiques, on recommande chaleureusement l’écoute de l’excellente compilation Montreal Smoked Meat (Force Inc.-Fusion III) ou encore les albums Mutek 2001 et Mutek 2002 (Mutek-Fusion III).