Coffret - Félix, le bonheur intégral

En 20 ans, depuis la disparition de l'homme, il n'y a pas que la légende qui a pris de l'ampleur. Des 150 titres de ce qui s'appelait en 1989 Le P'tit Bonheur - Le coffret, soit la plus imposante somme de chansons de Félix Leclerc jusque-là rassemblée, on passe maintenant aux 232 titres d'un nouveau grand oeuvre, qui correspondent vraisemblablement à ce que le boîtier indique, à savoir l'«intégrale des enregistrements Polydor/Philips». Même l'enseigne a pris du poids. Cette fois-ci, il s'agit de Félix - Le grand bonheur.

À quand le bonheur absolu? La totale des totales? On y est presque, assure Robert Thérien, l'historien numéro un de la musique populaire québécoise, qui est également l'expert de service aux Disques XXI et qui s'est occupé du solide texte biographique qui confère au projet conjoint XXI-Universal son sérieux, en plus de dénicher disques et photos. «On peut dire qu'il y a là-dedans tous les enregistrements officiels connus de Félix chez Philips et Polydor. Quand on a sorti Chansons perdues, chansons retrouvées, on s'est rendu compte qu'il y avait sur certains 78-tours rares des débuts quelques versions primitives, différentes de celles que tout le monde connaît. Elles sont là maintenant, ça complète le corpus. Mais bon, le seul fait de la parution de cette intégrale réveille des gens et brasse la communauté des collectionneurs. J'ai déjà eu un courriel de quelqu'un qui me dit avoir des choses. On va voir ça.»

On obtient tout de même plus que l'essentiel. «Il s'ajoute une chanson que j'avais oubliée pour Chansons perdues et retrouvées, qui s'appelle La Chanson du polisson. J'ai découvert aussi que c'était seulement la moitié du spectacle Merci la France! de 1975 qu'on avait dans le coffret de 1989. Là, c'est complet. Et on a ajouté Pieds nus dans l'aube, ces textes lus par Félix sur une musique d'atmosphère, qui existaient seulement sur un vinyle de 1969.» Il manque certes les réenregistrements avec orchestre réalisés par François Dompierre chez Amplitude, disponibles ailleurs. Il manque une des quatre chansons enregistrées par Félix avec Beau Dommage, Le Rapide blanc, «qui va bien sortir un jour... »

Thérien précise qu'il y aurait sans doute de quoi remplir un autre coffret avec les enregistrements radio de Félix en Europe: «Je n'ai pas été voir dans les archives là-bas, mais quand on voit ce qu'ils ont trouvé pour Brassens, Barbara et les autres, je me dis qu'il y a probablement des trésors.» Il relativise: «Trésors pour les maniaques, le plus souvent. Félix ne variait pas beaucoup ses interprétations, et si j'ai encore deux ou trois enregistrements de spectacles qui demeurent inédits, ça ne veut pas dire qu'on serait étonnés. Ce n'est pas comme les spectacles retrouvés de Piaf au Québec, où elle chantait en trio, ce qu'elle a rarement fait.»

L'intérêt de cette compilation rafraîchie est aussi sonore, soutient Thérien. «La technologie a bien évolué depuis 1989: ça sonne autrement, vraiment mieux! Et puis, entre-temps, des collectionneurs m'ont prêté des disques en condition si parfaite que ça devient une bien meilleure source que les bandes originales, qui se sont beaucoup détériorées.» Même souci de la révision pour la bio: pas un fait, pas un détail, fût-ce les plus universellement accrédités, qui n'ait été vérifié et contre-vérifié. Thérien est un pitbull de la recherche: il ne lâche jamais le morceau. «L'histoire de la découverte de Félix Leclerc, telle que je la raconte, a bénéficié de recoupages avec les témoignages et les articles de journaux d'époque: à la fin, on s'est certainement rapprochés de la vérité.» Quelques mythes sont éventés. La légende de l'agent-producteur Jacques Canetti en prend pour son grade: «La vérité, c'est qu'il a exploité Félix, Brassens, toute la gang de façon éhontée. Le grand découvreur magnanime, c'est de la littérature. Il faut quand même que ça se dise.»

***

FÉLIX - LE GRAND BONHEUR

Intégrale des enregistrements Polydor/Philips

Félix Leclerc

Coffret 10 CD

XXI - Polydor-Universal-Dep