Les Jeunesses musicales du Canada renouent avec une tradition - Montréal retrouve son concours international de musique

Hier, à la Maison des Jeunesses musicales du Canada, on inaugurait la toute première édition du Concours international des Jeunesses musicales, cette année consacrée au chant. Un événement qui, tout nouveau qu'il paraît, reprend un flambeau que la métropole avait malheureusement dû laisser tomber sous d'autres formes.

Il fut un temps où Montréal avait son concours international de musique. Une année dédiée au piano, une autre au violon, une troisième au chant. Exeunt, comme dirait Shakespeare, car cette prestigieuse organisation s'est éteinte. Il y a aussi de nombreux autres concours musicaux et cette fois, les Jeunesses musicales du Canada (JMC) et l'association internationale de ce mouvement fondé initialement pour contrer les Jeunesses hitlériennes, ont décidé de tenir haut le flambeau du renouveau, faisant renaître le Phoenix de ses cendres.


En collaboration avec l'Orchestre symphonique de Montréal (OSM), démarre aujourd'hui, sur les coups de midi au Centre Desjardins, la première édition d'un tout nouveau concours auquel longue vie semble promise. Le modèle est identique à celui, trifide, cité ci-dessus, et on commence par le chant, discipline parrainée par Joseph Rouleau dont l'engagement en ce domaine n'est plus à démontrer non plus que louer.


Jusqu'au 7 juin, soirée de gala des lauréats de cette première édition de ce nouveau concours musical et qui aura lieu salle Wilfrid-Pelletier avec l'OSM dirigé par Stefan Lano, pas moins de 54 chanteurs en provenance de 21 pays se seront fait entendre devant le jury.


Ironie du sort, c'est le chef démissionnaire de l'OSM qui parle du concours en ces termes: «Il était important d'avoir à nouveau, à Montréal, la tenue d'un concours de cette envergure destiné à la relève de la scène musicale internationale.» Quand on se rappelle, ce que, à l'échelle purement nationale, les JMC ont pu découvrir et encourager comme talent, cette initiative internationale ne peut qu'être chaudement saluée.


Les membres du jury de cette édition inaugurale portent des noms à faire rêver (ou blêmir, selon le côté de la rampe où l'on se trouve): Teresa Berganza, Marylin Horne, Grace Bumbry, Jon Vickers, Cesare Siepi, Joseph Rouleau et le musicologue de renom Philippe Cantagrel.


Des auditions furent tenues dans bien des pays et ce ne sont «que» les demi-finales qui ont lieu en nos murs. Ainsi les 30 et 31 mai de même que le 1er juin, les séances se tiendront à la salle Pierre-Mercure du Centre Pierre-Péladeau. Trois séances par jour sont prévues, soit de 10h à 13h, de 14h30 à 16h30 et de 19h30 à 22h30. L'entrée est libre pour chacune de ces manifestations.


En prime, le public aura l'avantage d'assister à des ateliers de maîtres offertes par trois des membres du jury. Cela se passe le samedi 2 juin à la salle Pollack de l'Université McGill. Grace Bumbry sera au poste de 10h à 13h, suivie de Marylin Horne de 14h à 17h puis de Teresa Berganza de 19h à 22h.


Les 4 et 5 juin, le public pourra assister aux finales du concours, moyennant des frais minimes de 10 $ et 15 $, cette fois en la salle Wilfrid-Pelletier. L'adrénaline risque de s'avérer de niveau au moins aussi élevé que celui qu'on nous promet. Vous voulez entendre ce que la scène lyrique de demain nous réserve de mieux, voilà des rendez-vous à ne pas manquer. Pour plus de renseignements on s'adresse à la Maison des Jeunesses musicales au (514) 845-4108 ou on consulte le site www.jeunessesmusicales.com.