Navet Confit au Lion d'Or - Sauvé par ses chansons

Après le disque, le spectacle. C'est la routine et, émergence ou non, Navet Confit ne fait pas exception. Hier soir, au Lion d'Or, rue Ontario, Jean-Philippe Fréchette — c'est son vrai nom — a offert au public montréalais un généreux concert qui manquait toutefois de dynamisme.

Pourtant, son groupe de musiciens, Les Dauphins vampires (oui, oui, vraiment), avait le nom idéal pour l'aider à naviguer avec aisance dans les eaux troubles de ses chansons. Ce ne fut pas suffisant, aussi talentueux et mordants que fussent les guitariste Alexandre Champigny et Domi Lucide, le bassiste Carl-Éric Hudon et la batteuse Lydia Champagne.

La difficulté pour Fréchette et sa bande était de transcender leurs chansons souvent intérieures, réflexives, pour autant que des chansons rock puissent l'être. De faire de cette suite de brillantes chansons un spectacle.

Malheureusement, rien ne bougeait, pas d'action, pas d'envie de sauter. On trippait bien dans notre tête, assis sur notre chaise, à taper du pied, mais l'immobilisme des musiciens sur scène était presque dérangeant. Ils étaient figés sur la scène, un peu nonchalants, fixant leurs instruments — sauf peut-être Lydia Champagne, qui frappait à grands élans de bras cymbales et tambours. Ç'aurait été la moindre des choses que de se soucier de la foule, relativement nombreuse. À quelques rares reprises, Navet Confit a lancé quelques mots à la foule, surtout vers la fin du concert, qui s'est déroulé en deux actes. Mais c'était trop peu, trop tard.

Si les projections psychédéliques de Joël Nadeau et les nombreuses ampoules suspendues au plafond stimulaient l'oeil, la bouée de Navet Confit fut clairement la force de ses chansons.

Navet Confit a joué une vingtaine de morceaux, surtout tirés de son plus récent LP2 exposant 2 (La Poste, Hublot, Grunge), mais aussi de son premier disque complet, LP1, (Sous la table, Ces choses-là et Dimanche). Vieilles et récentes compositions étaient finement construites, et chantées avec justesse, même la très difficile Un cerf-volant en fin de concert. Soyons clairs, ce type-là déborde de talent et son cerveau bouillonne de bonnes idées. Mais il peine encore à les rendre contagieuses.

***

Navet Confit sera le 11 avril au Téléphone rouge à Sherbrooke, le 12 avril à L'Azile à Joliette, le 18 avril au Zaricot à Saint-Hyacinthe et le 19 avril au Cercle à Québec.