Musique - Les internautes sont appelés à devenir producteurs de disques

Les internautes peuvent désormais participer directement et financièrement à la production de l’album d’un artiste de leur choix.
Photo: Agence Reuters Les internautes peuvent désormais participer directement et financièrement à la production de l’album d’un artiste de leur choix.

Voilà des années que les labels alertent le public avec le même refrain: les plateformes de téléchargement illégales sont en train de tuer l'industrie musicale. Pendant ce temps, les marchands de disques ont le moral en berne et les artistes triment pour faire produire leurs albums. Que faire? Révolutionner le système en permettant, par exemple, au public de participer directement et financièrement à la production de l'album d'un artiste de son choix. Voici en tout cas ce que proposent Spidart.com, dont le slogan «You are the label» (Vous êtes le label) résume assez bien le principe, et Nomajormusik.com, qui entend placer l'artiste et le public «au coeur de la création artistique».

Sur la page d'accueil de Spidart, on découvre la photo de Lucette Royal, une grand-mère un brin ébouriffée et à l'allure plutôt rock'n'roll. Lucette existe-t-elle vraiment ou n'est-elle qu'un personnage virtuel créé pour faire la promotion du site? Le mystère demeure. Toujours est-il qu'en cliquant sur son profil, on apprend que la vieille dame a pris des parts dans la production des albums de quatre artistes. Elle invite les visiteurs à faire comme elle en donnant un peu (ou beaucoup) d'argent pour permettre «aux petits jeunes de montrer leur talent».

Partage des gains

Aux musiciens, Spidart et Nomajormusik permettent de créer une page de présentation avec biographies, informations diverses, concerts, liens, mp3... Les visiteurs ont ainsi la possibilité de choisir le ou les artistes qu'ils souhaitent aider en prenant des parts de production. Lorsque les investissements réunis atteignent une somme minimale, les partenaires professionnels des deux sites (arrangeurs, ingénieurs du son, producteurs... ) entrent en jeu pour donner vie au projet.

Le partage des gains réalisés par la vente de l'album s'effectue ensuite entre les internautes coproducteurs (35 %), l'artiste financé (35 %) et le site Spidart (30 %). Sur Nomajormusik, les parts respectives sont de 40 % pour l'artiste et les internautes et 20 % pour le site.

Pour les visiteurs tentés par l'aventure, l'idée consiste donc à lancer de nouveaux groupes et musiciens, mais aussi à récupérer une partie de l'investissement grâce au succès de l'album ou du titre. Nomajormusik invite ainsi les internautes à participer à la promotion de «leurs» artistes.

À ce jour, aucun artiste inscrit sur le site Spidart ne semble avoir encore eu la chance d'atteindre les 50 000 euros de commanditaires nécessaires. Avec quelque 3080 euros d'investissements, le chanteur folk Naosol fait figure de grand favori. La route est donc encore longue, mais tous les espoirs sont permis.

À voir en vidéo