Musique classique - Montréal, fief de la musique ancienne

Le dernier des quatre volumes des Concerts à deux violes égales de Sainte-Colombe, enregistrés en première mondiale par Les Voix humaines, nous mène du Concert 51, oeuvre développée, intitulée Rougeville, à l'ultime Concert 67, intitulé Le Figuré, parce que, nous rappelle François Filliatrault, «il change de signe à tout moment». La série des derniers Concerts se résume en général à un seul mouvement.

On rappellera que le but de ces oeuvres est de développer une conversation musicale puisque, comme le dit l'intitulé, les deux violes sont égales. Je ne dirais pas que l'on peut absorber les deux disques d'une traite, mais ces dialogues à armes égales témoignent d'un art précieux et choisi de la musique française du XVIIe siècle. Les Voix humaines ont déjà convaincu avec suavité et goût dans les trois volumes précédents. Margaret Little et Susie Napper parachèvent leur parcours avec distinction et classe.

Du dialogue au soliloque: le guitariste David Jacques vient d'enregistrer, en première mondiale également, l'intégrale des Pièces pour guitare de Robert de Visée. Il s'agit de deux recueils parus en 1682 et 1686, augmentés d'une trentaine de pièces manuscrites. Ces Suites pour guitare ne sont pas à confondre avec les Suites pour théorbe, enregistrées par Hopkinson Smith chez Astrée ou José Miguel Moreno chez Glossa. Le coffret de David Jacques, magnifiquement enregistré sur une copie d'une guitare baroque, est une merveille d'érudition (splendide texte introductif), de sens du style et de tact. Même si tout repose sur les épaules d'un seul musicien, cet objet éditorial courageux et précieux apparaît moins aride que les Concerts de Sainte-Colombe.

Soixante ans plus tard, l'un des compositeurs en marge des plus grands Français est Joseph Cassanéa de Mondonville (1711-1772). Luc Beauséjour au clavecin, Hélène Plouffe au violon baroque et Shannon Mercer, soprano, ont enregistré pour Analekta l'opus 5 de ce musicien. Il s'agit de Pièces de clavecin avec violon ou voix. Auparavant, en 1734, Mondonville avait déjà écrit, dans son opus 3, un recueil d'oeuvres de clavecin accompagné. La quatrième de ces Pièces de clavecin en sonate forme le complément du présent CD. L'opus 5 de Mondonville est en fait une collection de motets pour voix, dont l'accompagnement au clavecin est écrit et développé. Cette musique élégante, plus surprenante dans la forme que sur le fond, n'accroche pas particulièrement l'oreille, malgré l'engagement des interprètes.

D'un contemporain de Mondonville, Jean-Féry Rebel, Arion vient de faire paraître, sur son étiquette early-music, un enregistrement que l'ensemble baroque ne semble pas pressé de nous faire entendre.

Bach et Graupner

Luc Beauséjour est le claveciniste de l'intégrale du Clavier bien tempéré de Bach chez Naxos. Le Livre I vient de paraître. Beauséjour utilise pour cette entreprise un clavecin d'après un modèle allemand construit par Réjean Poirier et Yves Beaupré en 1985. La couleur instrumentale est un élément constitutif important d'une telle intégrale et cet admirable clavecin fait pencher la balance du bon côté. Face à Robert Levin (Haenssler), qui mise sur une variété d'instruments, Beauséjour reste fidèle à son instrument, et son interprétation vigoureuse, plutôt allante, jamais mécanique mais parfaitement structurée (on est très loin de se perdre dans des méandres), propose une vision esthétique complémentaire aux grandes références signées Blandine Verlet (sur un sublime clavecin Ruckers) et Ottavio Dantone (sur un Blanchet — instrument français). Plus immédiatement plaisant et accessible que Verlet (cf. la Fugue XX!), plus facile à cerner que Pierre Hantaï (Mirare), Luc Beauséjour propose un Livre I d'une logique imparable.

Si l'instrument de Beauséjour est admirable, celui touché par Geneviève Soly dans son nouveau disque Graupner (le volume 6, intitulé Printemps et hiver) est à se pâmer. Sauf erreur, il n'est pourtant pas mentionné dans le livret (il pourrait s'agir d'un clavecin plus récent d'Yves Beaupré). Dans ce volume 6, Graupner et Geneviève Soly se montrent à leur meilleur. D'ailleurs, l'idée de faire commencer le programme sur l'Air en Sarabande de la Suite en sol mineur GWV 111 est une riche idée, puisque c'est l'un des plus beaux mouvements de l'oeuvre pour clavecin de Graupner. Couvant la musique, Geneviève Soly pare Graupner de toutes les ressources sonores de son clavecin. Les oeuvres retenues sont souvent attachantes, comme la Partita en sol majeur, qui, à part une étrange Courante, ne renferme que des bijoux, dont une Polonaise finale irrésistible.

Devant ces deux réussites instrumentales, on retombe un peu avec le volume 3 des Cantates de Bach chez Atma. On rappellera que cette entreprise, qui se poursuit avec les Cantates BWV 1, 82 («Ich habe genug») et 147 (se concluant par «Jésus que ma joie demeure»), présente la particularité d'avoir un chanteur par voix, même dans les choeurs. La distribution est rééquilibrée par l'arrivée de Matthew White au sein du quatuor composé par ailleurs de Monika Mauch, de Charles Daniels et de Stephan MacLeod. Mais la preste direction d'Eric Milnes reste parfois en surface et, parmi les entreprises concurrentes — intégrales en cours signées Suzuki, Kuijken, Gardiner et Koopman —, le poétique Masaaki Suzuki, dont la Cantate BWV 1 vient de paraître (intégrale BIS, volume 34), l'emporte assez nettement.

Parmi les disques vocaux parus chez Atma, Rise, O My Soul est un récital d'anthems anglais (Gibbons, Tomkins, etc.) par le Studio de musique ancienne. Là non plus, en raison d'un son diffus et de solistes très inégaux, ce n'est pas un coup de foudre.

Collaborateur du Devoir

***

Nos recommandations

Sainte-Colombe: Concerts à deux violes égales, volume 4. Les Voix humaines. Deux disques Atma ACD2 2278.

Visée: L'Îuvre pour guitare.

David Jacques. Trois disques XXI Productions XXI-CD2 1530.

Bach: Le Clavier bien tempéré (Livre I). Luc Beauséjour. Deux disques Naxos 8.557 625-26.

Graupner: Printemps et hiver. L'Îuvre de clavecin, volume 6. Geneviève Soly.

Analekta AN 2 9119.

À voir en vidéo