Saison 2007-08 - L'OSM se consolide dans la continuité

Réjean Houle, Lucien Bouchard, Pierre Boivin, Kent Nagano et Henri Richard ont fait un brin de jasette à la suite de la conférence de presse livrée par le directeur musical de l’OSM, hier sur la patinoire du Centre Bell.
Photo: Jacques Grenier Réjean Houle, Lucien Bouchard, Pierre Boivin, Kent Nagano et Henri Richard ont fait un brin de jasette à la suite de la conférence de presse livrée par le directeur musical de l’OSM, hier sur la patinoire du Centre Bell.

Le retour de Zubin Mehta pour un concert-bénéfice, une création musicale autour des étoiles du Canadien de Montréal, la suite du cycle Beethoven et l'opéra Tannhauser de Wagner seront les temps forts de la saison 2007-08 de l'OSM, présentée par Kent Nagano hier au Centre Bell.

Le choix du lieu s'explique par la présentation d'un concert-événement en collaboration avec le Canadien de Montréal. Les Légendes du hockey présentera une nouvelle oeuvre de François Dompierre et Georges-Hébert Germain destinée à rendre un «vibrant hommage aux légendes du hockey du club le Canadien de Montréal». Des joueurs actuels et anciens du Canadien prendront part à cet événement réalisé en collaboration avec le Canadien de Montréal.

Ce type de passerelle a été tenté cette année avec la saga rwandaise du général Dallaire et le projet avorté de la création, par Luc Plamondon, d'un nouveau livret sur Rosamunde de Schubert. Cette initiative, officiellement «reportée», ne réapparaît pas au programme de la saison prochaine. Espérons que la saga sonore autour de la sainte flanelle aura une destinée plus glorieuse, même si cette destinée n'est assurément pas le marché de l'exportation!

L'intégrale des concertos pour piano de Mozart par Louis Lortie se poursuivra en mai 2008 à la basilique Notre-Dame puisque le Festival Mozart Plus a été rapatrié dès cet été par Kent Nagano à la Place des Arts.

Parmi les solistes invités, nous reverrons Hilary Hahn, Viviane Hagner et James Ehnes ainsi que Maxime Vengerov, soliste, dans le concerto de Tchaïkovski, du concert, en mars, qui sera exporté à New York et que Kent Nagano conclura avec le Poème de l'extase de Scriabine. Parmi les autres violonistes, Alexandre da Costa jouera le concerto de Bruch et Nikolaj Znaider celui de Mendelssohn. Du côté des pianistes, Alfred Brendel dans le Troisième Concerto de Beethoven, Till Fellner dans L'Empereur et Evgueny Kissin dans Deuxième de Brahms seront les têtes d'affiche. Alain Lefèvre interprétera le Premier Concerto de Chopin. Côté chefs, Montréal accueillera notamment Herbert Blomstedt, Michel Plasson, Marek Janowski et Emmanuel Villaume ainsi que, plus étonnamment, Berhard Klee, qui avait fait une impression épouvantable à Mozart Plus l'an passé.

Dans l'ensemble, la programmation apparaît bien plus conservatrice que hardie. Les trois dernières symphonies de Tchaïkovski seront dirigées par Brawell Rowey, Guennadi Rojdestvenski et Zubin Mehta tandis que Kent Nagano dirigera les Symphonies nos 5 et 8 de Beethoven, la Première de Mahler, la Cinquième de Bruckner, la Première de Brahms, la Leningrad de Chostakovitch, la Nouveau Monde de Dvorak et Ainsi parlait Zarathoustra de Richard Strauss. C'est par cette oeuvre qu'il ouvrira la saison les 4 et 5 septembre. L'OSM accueillera par ailleurs, le 16 mai, l'Orchestre philharmonique de Chine et les deux ambassadeurs musicaux chinois les plus célèbres: le pianiste Lang Lang et le chef Long Yu.

Enfin, le nom du successeur d'Iwan Edward à la direction des choeurs a été rendu public. L'heureuse élue se nomme Marika Kuzma. Elle est née dans le Connecticut de parents américano-ukrainiens, a étudié la direction chorale à l'Indiana University et oeuvre comme chef de choeur à la University of California, à Berkeley, ville dont Kent Nagano dirige l'orchestre symphonique depuis ses débuts. La nomination à ce poste, longtemps retardée, se fait au profit d'une musicienne avec laquelle Kent Nagano est sans doute en terrain connu. Elle préparera le choeur notamment pour l'Oratorio de Noël de Bach, La Tragédie de Salomé de Florent Schmitt et Tannhäuser de Wagner.

Collaborateur du Devoir

À voir en vidéo