Vitrine du disque

Rock
The Besnard Lakes
The Besnard Lakes Are Dark Horses
Jagjaguwar - Outside La liste commence à être longue, mais voici une autre sensation montréalaise qui se promène de par le monde: The Besnard Lakes.

Plus ou moins connu des masses mélomanes jusqu'à récemment, ce groupe lançait le mois dernier le bien nommé The Besnard Lakes Are Dark Horses. Des négligés, donc. Mais étant donné la qualité du rock du sextuor, ce statut risque d'être plutôt éphémère. À travers huit pièces déroutantes, on nous emmène dans un univers assez planant où les guitares sont reines (sur Devastation, il y en a d'ailleurs trois à la fois) et où les cordes et les cuivres sont les éminences grises. Les voix aériennes et les progressions musicales font penser à du Sigur Rós (For Agent 13), à du Patrick Watson (And You Lied To Me), à du Godspeed You! Black Emperor sans la dépression (Because Tonight) et, étonnamment, aux Beach Boys (Cedric's War). La musique de The Besnard Lakes n'avançant pas au grand galop, on vous suggère de faire de même et de prendre votre temps pour apprécier pleinement la randonnée.
Philippe Papineau

Chanson
COMME ÇA
Marie-Élaine Thibert
Musicor - Productions J - Sélect
Ce deuxième album a ceci de bon qu'il augure bien pour le troisième. Ou pour le quatrième, selon le temps qu'il faudra à Marie-Élaine Thibert pour se libérer contractuellement des Productions J. Constat patent: la petite promet. Rien de chiqué chez elle: de l'émotion, de la mesure et même du chien. On apprécie. Écoutez-moi cette reprise pourtant casse-gueule de Pour cet amour, immortalisée par Monique Leyrac: c'est à la fois modeste et assumé. Certes, on lui fourgue des chansons confectionnées selon les paramètres de la banque à pitons qui finance l'opération, mais, bonne chose, elles proviennent moins de la régie interne que de commandes, faites auprès des Michel Rivard, Marc Déry, Luc de Larochellière et autres Martin Léon. Au mieux, on obtient Mon coeur n'est pas un numéro, contribution de l'impayable Jamil, hommage à Piaf qui permet à la chanteuse de s'encanailler un brin. Au pire, cela donne Loin de moi, duo avec Chris de Burgh: rien de plus crassement stratégique que cette Lady In Red pour matantes. Carcan de velours, quand tu nous étouffes! Vivement l'air libre.
Sylvain Cormier

Pop-rock
CALOGERO
Calogero
Vega - Dep
Calogero Mauricci, dit Calogero tout court, est une méga-vedette en Europe (trois millions d'albums au compteur) mais un relatif inconnu chez nous: le plan de match consiste à défricher un peu le terrain d'ici la venue dudit aux Francos, prévue les 29 et 30 juillet au Spectrum. Aussi, alors que paraît là-bas un cinquième album (Pomme C), on nous échantillonne pour faire connaissance les quatre précédents. Titres choisis pour faire forte impression, suppose-t-on. C'est raté. Oh que c'est raté. Il n'y a rien là-dessus que du pop-rock générique nique nique, ni plus ni moins insupportable que du Goldman ou du Pascal Obispo. On dirait que c'est fait exprès pour n'être rien du tout, c'est-à-dire rien d'autre que des mélodies toutes faites, hérissées de hameçons pour piéger les radios et les gogos. Ce ne sont que chansons vides qui prennent de la place, inodores, incolores, tout juste bonnes à fredonner sans s'en apercevoir. À une ou deux exceptions près, un duo avec le rappeur Passi (Face à la mer), un texte signé Raphaël (Un jour parfait), on est saisi par un grand vertige blanc. Imaginez le néant, mais pollué.
S. C.

Classique
MOZART
Îuvres pour deux claviers et quatre mains. Sonates pour piano à quatre mains K. 358 et 381; six Danses allemandes K. 509, etc. Andreas Staier et Christine Schornsheim. Harmonia Mundi HMC 901 941 (SRI).
Voici un disque incomparable qui finira très haut dans le palmarès des parutions classiques de l'année 2007. Son objet consiste à nous présenter un instrument incroyable dont il ne reste, nous dit-on, que deux exemplaires dans le monde. Il s'agit d'un «vis-à-vis», construit en 1777 par le facteur Johann Andreas Stein. Le vis-à-vis est un instrument à claviers dans lequel se font face le clavier d'un pianoforte et les trois claviers d'un clavecin. Cette combinaison en un instrument de deux éléments fort distincts permet évidemment de générer un kaléidoscope inouï de combinaisons de timbres. Andreas Staier et Christine Schornsheim, reconnus pour être des instrumentistes très inventifs, utilisent ces capacités timbriques non pour elles-mêmes mais pour magnifier la musique de Mozart, propulsée dans un univers sonore inaccoutumé et très riche. On reste bouche bée d'un bout à l'autre de l'écoute et les six Danses allemandes qui concluent le CD forment un écrin magique à un véritable feu d'artifice sonore.
Christophe Huss

Classique
VIVALDI
Musique pour luth et mandoline. Concerto pour deux mandolines
RV 532, Trios pour violon, luth et b.c. RV 82 et 85, Concerto pour mandoline RV 425, Concerto pour viole d'amour, luth et cordes RV 540, Concerto pour deux violons et luth RV 93. Rolf Lislevand (luths, guitare baroque et mandolines). Naïve OP 30429.
Ce volume 33 de l'édition Vivaldi met en vedette un grand artiste de la sphère baroque: Rolf Lislevand, héros de disques de luth et de théorbe majeurs, par exemple celui consacré à Kapsberger. Il est ici entouré d'un orchestre sans dénomination mais composé de musiciens de sa trempe, parmi lesquels Manfredo Kraemer, Pablo Valetti et Lorenz Duftschmid. Cette parution contient un des moments les plus magiques de toute la discographie Vivaldi: le second mouvement du Concerto pour deux mandolines, qui ouvre le disque. Ce moment entre ciel et terre réussit à ne pas être gâché par une prise de son par ailleurs assez intrusive et trop proche, suivant ainsi une mode de l'enregistrement «clinique» qui ne fait, hélas, que s'étendre. C'est dans les trios que cette captation intrusive va le plus à l'encontre de la douceur et du volume sonore naturel des oeuvres. Un disque bicéphale, donc, entre interprétation de rêve et captation indiscrète.
C. H.

Monde
TOUT VA BIEN
Labess
Anubis - Outside
Vraiment? Tout peut-il aller si bien pour un jeune Algérien de 22 ans installé ici depuis 2003? Évidemment, cette affirmation cache son lot de sarcasme ainsi qu'une forte dose d'optimisme. Tout va bien parce que tout se doit de bien aller, en dépit de la dualité culturelle, en pleurant sa terre au loin mais en avançant tout de même dans la vie nord-américaine tout en la critiquant, en faisant des rencontres, en découvrant des horizons sonores inespérés. En plein dans la lignée d'Amazigh Kateb de Gnawa Diffusion, référence en la matière, mais en plongeant davantage dans les vagues de toute la Méditerranée, en s'imprégnant des errances tziganes, en donnant des coups de flamenco et d'afrobeat, en entrant dans la transe gnawa ou la fiesta latina, en écrivant même parfois comme un folksinger. Nedjim Bouizzoul, charismatique auteur-compositeur et leader de Labess, écrit en français, dont il poursuit l'apprentissage, en arabe dialectal, avec des métaphores plus élaborées, et en espagnol, autre véhicule de ses nouveaux complices de la société métisse. Et dans ce créneau maghrébin sans frontières, il s'avère la plus importante découverte montréalaise depuis Karim de Syncop et Lynda Thalie.
Yves Bernard

À voir en vidéo