Musique classique - Concerts et disques

Nombre d'éditeurs continuent à puiser dans les archives radiophoniques et à publier des disques tirés de concerts de grands artistes du passé. Le choix parmi ces prestations qui n'ont jamais été destinées à une quelconque publication doit être méticuleux... Voici donc un tri.

La dernière fois que nous vous avions parlé de l'édition consacrée à Günter Wand par les disques Profil, c'était pour vous signaler un fiévreux Concerto l'Empereur de Beethoven avec le pianiste Emil Guilels. Double bonheur: Profil poursuit avec joie son édition Wand et Deutsche Grammophon vient de rendre un bel hommage à Emil Guilels.

Wand et Guilels

Un petit coffret DG réunit les Sonates de Beethoven gravées entre 1980 et 1985 par Guilels, une intégrale hélas interrompue par la mort du pianiste. DG a pu récupérer sept sonates manquantes dans des enregistrements radio des années 70, mais l'intégrale demeure orpheline de cinq sonates, dont l'Opus 111. L'ensemble est une merveille de rigueur et de concentration: un Beethoven grave, qui ne sourit pas, mais un piano sublime et un toucher légendaire.

Dans le cas de Günter Wand, Profil a entamé une collaboration éditoriale avec le Philharmonique de Munich. Il est fascinant d'entendre Wand diriger l'orchestre qui fut alors celui de Sergiu Celibidache. Nous sont déjà parvenues trois symphonies de Bruckner (nos 4, 5, 8) et, avant tout, une Neuvième Symphonie de Schubert extraordinaire de lisibilité et de densité. Parmi les Bruckner, la Quatrième Symphonie, captée lors de l'avant-dernier concert de Wand, est très émouvante.

Artistes sanguins

Le grand pianiste russe Lazar Berman a gravé en 1959 et 1963 pour Melodiya des versions légendaires des Études d'exécution transcendante de Liszt. Il a repris cette oeuvre en concert au moment de son apparition sur les scènes occidentales. Dynamic publie le concert de Milan du 29 avril 1976. Malgré une captation proche et un post-écho de bande, le concert, qui contient aussi du Rachmaninov, est un moment de pure folie et vaut le détour pour tous les amateurs de sorcellerie pianistique. On imagine le gladiateur du clavier sortant de scène sur une civière, les mains en sang... Et ce n'est même pas le cas!

En provenance des États-Unis, les disques Music and Arts célèbrent de grands artistes français: Robert Casadesus, Zino Francescatti et Pierre Monteux. Ici, la rareté prime et les disques s'adressent avant tout aux collectionneurs. On oublie les quatre concertos de Mozart par Casadesus, car le pianiste a idéalement enregistré ces oeuvres, notamment avec Georges Szell, pour Columbia.

Plus intéressant: le coffret-hommage au chaleureux violoniste Zino Francescatti, dont les enregistrements CBS-Sony sont supprimés du catalogue. Certains documents sont instables, mais dans l'ensemble, avec notamment un Concerto de Beethoven avec Cluytens en 1946, un Brahms avec Leinsdorf en 1969 et un Mendelssohn avec Dorati en 1972 ainsi qu'un beau disque de sonates (Septième de Beethoven, Troisième de Brahms et Deuxième de Prokofiev), ce coffret devrait intéresser les nostalgiques d'artistes tels que Ferras ou Grumiaux.

De Pierre Monteux nous avons reçu deux coffrets. Pierre Monteux en France, enregistrements avec l'Orchestre national entre 1952 et 1958, et les Sunday Evenings with Pierre Monteux à San Francisco entre 1941 et 1952. Paru en 1997 avec dix CD, ce dernier coffret, rendu célèbre par son amusante photo de couverture, est enrichi de trois CD inédits. Impossible de rentrer dans les détails. Alors, quelques généralités: des documents en fort bon état général (les concerts américains préservés sur acétates présentent quelques craquements, les français font entendre des toux) et une direction sans effets, qui va à l'essentiel — la clarté — de manière parfois lapidaire, avec une énergie encore plus furieuse à San Francisco qu'à Paris. Contrairement à beaucoup de coffrets historiques, il n'y a pas vraiment ici de bullshit inutile destinée à augmenter le nombre de CD. La boîte californienne est la plus originale des deux.

Nos priorités

- Beethoven, 27 Sonates, Emil Guilels, DG 9 CD 477 6360.

- Schubert, Symphonie n° 9, Günter Wand, Profil PH 06014 (Naxos).

- Liszt, Études d'exécution transcendante, Lasar Berman, IDIS 2 CD 6497/98 (Pelléas).

- Zino Francescatti, Concerts inédits, Music and Arts, 4 CD-1171 (SRI).

- Pour collectionneurs chevronnés: Pierre Monteux. Avec l'Orchestre national de France: Music and Arts 8 CD-1182. Avec l'Orchestre symphonique de San Francisco: 13 CD-1192.

Collaborateur du Devoir