Vitrine du disque

Classique
MOZART
Symphonies nos 38 «Prague» et 41 «Jupiter». Orchestre baroque de Fribourg, René Jacobs. Harmonia Mundi HMC 901 958 (SRI).

Un an, exactement, après le début de «l'année Mozart» apparaît le disque le plus stimulant, le plus dérangeant, consacré au compositeur, un peu comme si, de prime abord, il voulait marquer sa différence. Non, René Jacobs n'entre pas dans le concert des interprètes «ordinaires» de cette musique.

Il a redonné vie à maints opéras de Mozart (Les Noces, Cosi, La Clémence de Titus) et applique maintenant le traitement à deux symphonies majeures. Le parallèle est on ne peut plus approprié puisque Jacobs voit la Prague et la Jupiter comme deux oeuvres théâtrales. Elles sont même — selon ce qu'on entend — du théâtre avant tout et jouent donc des mêmes ressorts, notamment à travers une ornementation dans les reprises. Cette «ornementation» prend la forme d'enrichissements orchestraux ou de respirations dans les phrasés. Tout est subjectif, à fleur de peau, mais traité avec la plus totale des logiques et une inventivité sans bornes. Même si elle heurte totalement nos habitudes, cette respiration nouvelle nous captive. On a aussi le droit de détester. Inconditionnellement.
Christophe Huss

Classique
KALKBRENNER
Concertos pour piano nos 1 et 4. Orchestre symphonique de Tasmanie, Howard Shelley (piano et direction). Hyperion CDA 67535 (SRI).
Ce volume 41 de l'impressionnante collection «The Romantic Piano Concerto» d'Hyperion nous permet d'investiguer l'univers musical des pianistes-compositeurs de la première moitié du XIXe siècle. Cette fascinante période a vu simultanément l'éclosion du romantisme, la naissance d'une féroce concurrence entre virtuoses dans les capitales européennes et le développement fulgurant de la facture instrumentale. Les compositeurs étaient d'ailleurs souvent associés à des facteurs et leurs oeuvres servaient à démontrer autant leur art que les possibilités des nouveaux pianos. Paris était la plaque tournante de ce bouillonnement et Kalkbrenner (associé à Pleyel) en fut un des premiers héros. Des deux concertos présentés ici, le Quatrième, fruit d'un travail de reconstitution de Howard Shelley, est une première mondiale. Alors que beaucoup de compositions de virtuoses des années 1840-50 sont essentiellement verbeuses, celles de Friedrich Kalkbrenner (1785-1849) montrent un parallèle très attachant avec les concertos de Chopin. Voilà une découverte majeure.
Christophe Huss

Chanson
SLALOM DAME
Jeanne Balibar
Naïve - Fusion III
Encore une actrice française qui chante? Mieux, une actrice qui fait l'actrice même quand elle chante. Il faut bien dire ce qui est: Jeanne Balibar se la joue Barbara quand elle ne se la joue pas Jeanne Moreau (chanteuse et actrice elle-même, c'est compliqué). Jeanne Balibar l'actrice, on adore ou on déteste. Jeanne Balibar la chanteuse, c'est pareil. Soit les maniérismes d'égérie de la Rive gauche irritent, soit ils séduisent. Moi, franchement, ça me démange un brin sous l'aisselle: elle s'écoute trop chanter et se trouve trop bonne. Remarquez, la belle n'est pas sans talent. Le timbre est certes emprunté mais gracile et soyeux. En vérité, ce qu'on aime le plus chez la Balibar, c'est les autres. Bel entourage indeed: l'ex-Kat Onoma Rodolphe Burger (qui a embelli Françoise Hardy!) lui a créé de fabuleuses trames sonores, et les Dominique A, Pierre Alferi et autres Fred Poulet-Sarah Murcia lui ont brodé des chansons de fine dentelle. Si on pouvait seulement sentir la fille vibrer sur ces bonnes vibrations, ce serait bath. Permettez-moi, chère princesse, de préférer Sandrine Kiberlain.
Sylvain Cormier

Alternatif
Des cendres et du désespoir
Akuma
Productions Pavillon Noir - Indépendant
Si le nouvel album d'Akuma a paru en douceur en ce début d'année, ce n'est sûrement pas parce qu'il fait peu de bruit. C'est que ... Des cendres et du désespoir, troisième album du groupe, se trouve en dehors des oeuvres dites alternatives qui ne sont ni produites ni éditées par des musiciens. Le résultat de cette «action terrorock» est fort intéressante: rythmes street-punk, voix grave et choeurs intenses nous invitent à la réflexion sur l'action politique contemporaine. Les paroles, contrairement aux bombardements habituels auxquels nous soumet ce genre musical, sont parfaitement audibles et accompagnées dans le beau et sombre livret de citations d'intellectuels militants plus ou moins connus. Davantage percutants en français qu'en anglais, les mots de Safwan (chant, guitare, ancien membre de Banlieue Rouge) résistent dans Terroriste moi et Sabotage, puis soutiennent les exclus de Nulle part. Accompagné de Sylva (batterie), Yannick (guitare) et Sébastien (basse), Akuma part en tournée avec ses copains Subb et Vulgaires Machins. Cette action terroriste socialement entonnée débute le 24 février prochain au Métropolis.
Marie-Pier Frappier

Monde
AVENUE DU MONDE
Ousmane Touré
Together Production - Fusion III
D'abord lancé ici au printemps dernier, ce disque a eu la vie courte avant d'être racheté et repris en distribution par Fusion III, d'où cette deuxième vie. Mais l'ancien chanteur du groupe-culte Touré Kunda en a vu bien d'autres. Son Avenue du monde est une véritable... avenue du monde, justement. À la première écoute, on s'y sent tellement chez soi qu'on peut ne pas s'y attarder. Mais à la longue, on finit par remarquer le détail, la recherche, la véritable rencontre de l'autre: du tango afro, de la syncope reggae doucement intégrée, une intro avec voix et udu ou doudouk, un swing très jazz et des vocalises libres. Ici, seule la voix est africaine, disait Ousmane. Mais ce n'est pas toujours exact. Si ce disque renferme beaucoup de pop métissée, certains moments font davantage pénétrer dans l'intimité du continent noir. Quelques pièces semblent convenues mais, règle générale, l'artiste originaire de Casamance chante avec sérénité les grandes vérités de la vie, invitant à l'humilité, rejetant la jalousie, partant à la recherche de valeurs communes. À cause de cela, il laisse beaucoup de place aux musiciens français qui l'accompagnent et composent souvent avec lui. On finit par s'y plaire.
Yves Bernard

DVD
TU PEUX FRAPPER À MA PORTE
Patrick Norman
Gestions Patrick Norman - D.E.P.
Patrick Norman? Noblesse et bonhomie. Grandeur et modestie. Maestria et simplicité (l'apparente simplicité que confèrent quatre décennies d'expertise). Bonheur en stock et tendresse en masse. Beauté du timbre et finesse des pickings. Esprit de clan et racines country. C'est tout ça, deux heures durant: le DVD d'une vie, célébrée au présent. On a l'homme en spectacle, seul à l'acoustique ou en compagnie de l'excellent Jean-Guy Grenier à la pedal steel panoramique, donnant avec le même goût ragoûtant les succès grand public (Mon coeur est à toi, J'ai oublié de vivre) et l'usufruit de ses récentes fréquentations (La Guitare de Jérémie, Chanter pour rien), sans oublier les «demandes spéciales» (un peu de Chet Atkins, pardi!). On a l'homme en famille, chantant avec ses filles le Father & Son de Cat Stevens (beau à pleurer), puis avec ses frères, sa soeur et maman Marguerite le Back Home Again de John Denver (une famille qui harmonise est une famille unie!). On a même Pat le trippeux de guitares qui nous fait visiter l'atelier des Boucher à Berthier-sur-Mer. Vous avez dit générosité?
Sylvain Cormier