Québec - Visite guidée du nouveau Palais Montcalm

Beaucoup plus haute et plus profonde que l’ancienne, la nouvelle salle Raoul-Jobin semble plus étroite et donne une étrange impression de promiscuité avec la scène.  Photo: Louise Leblanc
Photo: Beaucoup plus haute et plus profonde que l’ancienne, la nouvelle salle Raoul-Jobin semble plus étroite et donne une étrange impression de promiscuité avec la scène. Photo: Louise Leblanc

Québec — L'ouverture prochaine de la nouvelle résidence des Violons du Roy dans l'ancien Palais Montcalm s'annonce comme un événement clé de la saison culturelle à Québec. À quelques semaines des premières notes, Le Devoir est allé visiter les lieux en compagnie de Jacques Plante, l'architecte qui les a conçus.

Les attentes sont grandes pour cette salle rebaptisée Maison de la Musique, qu'on attend depuis des années à l'entrée du Vieux-Québec. «Ça a été long. Une longue attente. Il y a eu la saga des budgets, l'incendie et tout le bazar mais finalement, quand je me trouve ici dans la salle et que je la regarde, je dois dire que je suis assez fier», remarque l'architecte depuis l'un des deux grands balcons latéraux.

On a fait beaucoup de cas, dans la capitale, des dépassements de coûts du chantier du Palais Montcalm, la plus vieille salle de spectacle de Québec. Estimées à 12 millions de dollars en 2002, les dépenses ont été réévaluées à 20 millions pour s'élever finalement à 22 millions. Une saga marquée, entre autres, par une bataille juridique entre la Ville et un entrepreneur, de nombreux retards et même un incendie.

Malgré tout, croit Jacques Plante, la Maison de la Musique est une «aubaine» lorsqu'on la compare à la future salle de l'OSM, dont les coûts doivent s'élever à 105 millions.

«Nous, c'est cinq fois moins pour une salle de 1000 places en comparaison avec 2000 à Montréal. Ce qu'on a fait, c'est un tour de force en considérant la qualité du résultat final, celle de l'acoustique.»

L'architecte s'y connaît en matière de salles de spectacles. Depuis la conception en 1995 d'Ex Machina à Québec, il a cumulé les commandes dans le secteur culturel: Théâtre de la Bordée, Théâtre du Périscope, TOHU à Montréal, Maison de la Musique. Et, histoire de boucler la boucle, c'est à lui que Robert Lepage a confié son projet de salle dans le tunnel sous l'autoroute Dufferin.

Art déco et éventails

Les travailleurs s'activent encore par-ci par-là, mais la salle est presque prête, et personne ne doute qu'elle ouvrira ses portes, comme prévu, le 24 mars, avec l'Oratorio Israël en Égypte d'Haendel, interprété par les Violons du Roy et le choeur de la Chapelle de Québec.

Ce soir-là, les mélomanes découvriront une salle aux magnifiques murs de bois couleur cognac. «L'intérieur est très art déco avec de la géométrie, des lignes brisées, note M. Plante. Paradoxalement, dans le passé, l'extérieur était art déco alors que l'intérieur était classique avec beaucoup de dorures.»

Beaucoup plus haute et plus profonde que l'ancienne, la nouvelle salle Raoul-Jobin semble plus étroite et donne une étrange impression de promiscuité avec la scène. Sa forme ronde permettra en outre d'installer les membres du choeur tout autour des musiciens. En l'absence des choristes, ces sièges seront alloués à des spectateurs qui pourront dès lors étudier à loisir le faciès du chef, Bernard Labadie.

Jacques Plante est impatient de voir les gens se construire de nouveaux souvenirs en ces lieux. «Ce qui serait fantastique, c'est que la salle devienne pour les gens ce qu'elle a pu être au cours des années 60, un lieu où tout convergeait», lance-t-il avant d'évoquer une légende du Palais Montcalm, une certaine «Madame Belley» qui, dit-on, était jadis de toutes les premières. «Quiconque à Québec a plus de 40 ans se rappelle d'elle. À chaque première, chaque concert du Palais Montcalm, elle venait parader. Elle était laide comme un "pichou" mais elle débarquait avec ses grands éventails et des robes incroyables faites de toutes sortes de tissus étranges. Je me demande si on aura une nouvelle Mme Belley...» C'est ce qu'on saura bientôt.

Collaboratrice du Devoir