Polémique sur la santé du site de musique iTunes d'Apple

New York — Des études contradictoires ont jeté le doute cette semaine sur la santé du site de téléchargement de musique iTunes du groupe Apple, de loin le leader du secteur, contraignant le groupe Apple à venir défendre son site, mais sans donner de chiffres précis.

Le cabinet Forrester Research a publié une étude indiquant que les ventes d'iTunes avaient baissé de 65 % entre janvier et juin, après l'analyse de 2800 achats sur iTunes par carte bancaire entre avril 2004 et juin 206.

Selon Forrester, après un pic début janvier, le nombre de transactions sur iTunes a chuté de 58 %, et leur montant unitaire a diminué de 17 % entre janvier et juin, d'où une baisse de 65 % du chiffre d'affaires d'iTunes.

Apple ne vend en moyenne que 20 chansons par iPod à 0,99 dollar pièce, souligne Forrester, et la grande majorité des acheteurs dépense moins de cinq dollars par an.

Donc «les coûts de commissions bancaires menacent de rendre iTunes non rentable», souligne Forrester.

Il avertit cependant qu'«avec seulement deux ans de données, il est trop tôt pour dire si cette baisse est saisonnière ou si les consommateurs ont atteint leur niveau de saturation de musique digitale».

Malgré ces précautions, l'étude a secoué le titre Apple, ce qui a poussé Forrester à souligner sur son blogue interne que toute conclusion sur la santé d'iTunes serait hâtive.

De plus, deux autres études sont venues contredire celle de Forrester. Le cabinet Piper Jaffray a estimé dans une note que le nombre de chansons vendues sur iTunes avait augmenté de 78 % au cours des neuf premiers mois de 2006 par rapport à la même période de l'an dernier, avec 695 millions de chansons vendues, soit 18,5 millions par semaine.

Selon une autre étude, du cabinet American Technology Research, publiée hier et citée par la presse, les ventes d'iTunes ont augmenté de 95 % en neuf mois.

De son côté Apple a fait savoir, par des courriels à plusieurs journaux, que l'étude de Forrester était «tout simplement fausse», mais n'a pas voulu donner de chiffres sur les ventes d'iTunes ni sur sa rentabilité.

Le groupe a seulement indiqué que son site avait vendu plus de 1,5 milliard de chansons depuis sa création et qu'il avait été rentable au troisième trimestre.

iTunes, lancé en 2003, permet aux détenteurs d'un baladeur iPod d'acheter de la musique ainsi que des vidéos et des films.

Le site est le leader mondial de la vente de musique légale sur Internet, avec 77 % du marché américain, étant entendu que l'immense majorité de la musique digitale utilisée sur les baladeurs numériques vient des CD des propriétaires ou d'échanges de fichiers entre utilisateurs, et est donc piratée.

Mi-2006, une étude Ipsos avait déjà montré que seuls 25 % des détenteurs de baladeurs MP3 aux États-Unis utilisaient le téléchargement payant.

Malgré les incertitudes sur iTunes, des chiffres Nielsen Soundscan montrent un léger ralentissement des ventes de musique en ligne aux États-Unis après un pic en janvier.

Le marché a un peu reculé depuis deux trimestres, atteignant 137 millions au deuxième ainsi qu'au troisième trimestre, après un record de 144 millions au premier trimestre, selon Nielsen Soundscan. Sur les six premiers mois de l'année, les ventes de musique en ligne aux États-Unis sont malgré tout en hausse de 77 % par rapport à 2005, selon Nielsen.

L'ensemble de la polémique révèle surtout, a souligné sur son blogue l'analyste Josh Bernoff, auteur de l'étude Forrester, que le refus d'Apple de détailler ses chiffres alimente les spéculations, et que le groupe informatique devrait être un peu plus transparent.