Concert-bénéfice au profit des Jeunes musiciens du monde - Le grand happening spontané!

Ils ont créé l'événement, et progressivement, depuis cinq ans, tous les ont adoptés. Peu importe le genre: de Paul Piché à Loco Locass, d'Yves Lambert à Oliver Jones, les artistes se regroupent sur une base annuelle pour contribuer au financement de l'organisme québécois Jeunes musiciens du monde, qui a implanté en Inde l'école de musique Kalkeri Sangeet Vidyalaya, en plus d'en ouvrir d'autres pour les jeunes des quartiers populaires de Saint-Sauveur, à Québec, et d'Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal.

«Tous les musiciens comprennent très bien ce que l'on fait parce qu'ils se sentent directement concernés par notre projet, indique Mathieu Fortier, cofondateur de JMM. Lorsqu'on les appelle, ils s'impliquent.»

Cette année, plus de 17 têtes d'affiche se partageront la scène: dans l'ordre ou dans le désordre, avec ou sans leur groupe, parfois avec quelques musiciens, parfois avec l'orchestre au complet. Tous feront trois ou quatre pièces, puis s'effaceront, mais pourront revenir plus tard, soit pour des rencontres musicales impromptues, soit pour le jam qui se terminera à trois heures du matin.

Fortier se dit ouvert à tout: «L'an dernier, Jorane s'est pointée à la toute dernière minute, sans même faire partie du programme de la soirée. Lors du test de son, elle a fait connaissance avec un joueur de tabla et le koriste Zal Cissokho. Les trois se sont retrouvés le soir devant le public avec Éloi Painchaud.»

Une bien belle affiche, donc! Paul Piché chantera avec les Respectables, lesquels rejoindront peut-être leur vieux pote Papillon. Tomás Jensen grattera de la six cordes en compagnie de Paule-Andrée Cassidy, mais connaissant le nouvel ex-Faux-Monayeur, rien ne dit qu'il ne trouvera pas d'autres collaborations. Vincent Vallières se produira seul, mais résistera-t-il au besoin de s'acoquiner avec d'autres, le temps d'une pièce ou deux? M. Lambert s'amène avec son orchestre, tout comme Monica Freire. Restent les frères Painchaud, Florence K., Antoine Gratton et Taima. Sans compter Oliver Jones et les Cowboys fringants, deux renforts de la dernière heure. Puis Afrodizz, qui mettra en afrobeat la table pour DJ Kobal, qui lancera la grande finale. Oubliez alors la rassembleuse Quand les hommes vivront d'amour chantée en chorale. Ce sera plutôt l'heure du joyeux bordel.

Collaborateur du Devoir

- Concert-bénéfice au profit des Jeunes musiciens du monde, ce soir à 20h30 au Métropolis.