DobaCaracol et Les Trois Accords chantent Lennon

Les Trois Accords interpréteront Whatever Gets You Through The Night, de John Lennon.  Photo: Les Trois Accords
Photo: Les Trois Accords interpréteront Whatever Gets You Through The Night, de John Lennon. Photo: Les Trois Accords

Des artistes québécois joignent leur voix au projet Make Some Noise, qui rassemble des artistes internationaux pour interpréter les plus grands succès de John Lennon, libérés de droits par Yoko Ono, et qu'on peut télécharger en ligne, moyennant une petite somme versée à Amnistie Internationale (AI). Parallèlement, Montréal pourrait bien damer le pion à New York et présenter son propre concert-hommage à John Lennon au printemps prochain.

Lancé en décembre 2005 à l'initiative d'AI, Make Some Noise (MSN) a rallié des artistes comme The Cure, Black Eye Peas et Avril Lavigne. Depuis, un volet canadien s'est ajouté au projet. Du côté anglo, les Barenaked Ladies, Billy Talent, Finger Eleven, Waking Eyes et David Usher prêtent leur voix aux chansons de Lennon. K-OS sera aussi le premier à enregistrer la pièce Jealous Guy. Chez les francophones, le projet est également sur les rails.

«Jusqu'ici, Dobacaracol et Les Trois Accords ont accepté de participer», déclarait hier au Devoir Anne Sainte-Marie, responsable des communications chez AI, section canadienne francophone. La première formation interprétera Hold On, tandis que le trio absurde livrera Whatever Gets You Through The Night. L'enregistrement devrait se faire avant le 1er décembre. L'organisme humanitaire est en pourparlers avec d'autres artistes et pense mettre officiellement en ligne les contributions canadiennes francophones début 2007. En parallèle au projet MSN Web, une compilation des reprises devrait paraître sous peu.

«Mais on ne veut pas s'arrêter là, poursuit Mme Sainte-Marie. Il est question d'un concert-hommage à John Lennon [à New York]. Ce serait extraordinaire de faire aussi un concert à Montréal.» Rien n'est encore signé, mais les artistes approchés ont déjà témoigné leur enthousiasme à faire revivre Lennon pour une bonne cause. DobaCaracol et Les Trois Accords devraient faire partie du lot.

Tout cela vise bien sûr à mieux défendre ceux dont les droits sont bafoués un peu partout sur la planète. «C'est pour faire connaître Amnistie et récolter des sous. Plusieurs sujets et pétitions ont été abordés par ce biais artistique.»

L'histoire d'amour se poursuit

L'alliance entre AI, Yoko Ono et la musique de John Lennon ne date pas d'hier. L'esprit pacifiste des chansons sied tout à fait à l'engagement d'AI. Il y a d'abord eu le concours Imagine qui a vu de jeunes enfants, partout à travers le monde, interpréter la chanson célèbre pour le compte de l'organisme de défense des droits de l'homme. Puis vint le remix de Give Peace a Chance, dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001 (il y en avait déjà eu une autre version devant l'imminence de la guerre du Golfe en 1991).

Montréal et Lennon ont aussi leur petite histoire, puisque le fameux «bed-in» pour la paix du chanteur, de sa compagne Yoko Ono et de leur enfant s'est déroulé dans la métropole, à l'hôtel Reine-Élizabeth en 1969. Des artistes québécois ont d'ailleurs enregistré une nouvelle version et un clip de Give Peace a Chance en 2004, à l'initiative du producteur Donald Tarlton (du groupe Donald K. Donald), pour marquer le 35e anniversaire du «bed-in».

Yoko Ono «a aimé l'initiative montréalaise, note la porte-parole d'AI, d'où son accord pour le volet canadien-français de MSN et pour le concert.» Les planètes semblent donc bien alignées pour que la petite histoire d'amour entre Lennon, AI et Montréal se poursuive...