Kent Nagano, derniers feux symphoniques à Berlin

En magasin depuis mardi dernier, le dernier disque symphonique de Kent Nagano avec le Deutsches Symphonie-Orchester de Berlin, chez Harmonia Mundi, augure de ce que pourraient être les plus beaux moments musicaux de notre nouveau chef. Dans un programme regroupant la 4e Symphonie de Brahms et les Variations op. 31 de Schoenberg, il impose une vision à la fois rigoureuse et exaltante.

Comme Le Devoir l'avait annoncé en primeur il y a quelques mois, le partenaire discographique de Kent Nagano à Montréal ne sera pas Harmonia Mundi. L'étiquette française a décidé de ne pas poursuivre sa collaboration avec le chef. Le disque qui vient de paraître est donc le dernier programme symphonique, puisque le parcours de Nagano chez Harmonia Mundi s'achèvera avec L'Amour de loin, un opéra de Kaija Saariaho.

Le bilan de Kent Nagano chez Harmonia Mundi est pourtant excellent, avec notamment Mass de Bernstein, une solennelle 8e Symphonie de Mahler, un CD de lieder orchestrés de Wolf et deux beaux disques Bruckner (Symphonies nos 3 et 6). La Quatrième de Brahms s'inscrit ô combien dignement dans ce palmarès.

Comme toujours avec Kent Nagano, il faut envisager l'ensemble du programme. La présence des Variations op. 31 de Schoenberg vise à jumeler à Brahms une composition fondée sur une même rigueur architecturale. Le principe de la variation est d'ailleurs celui de la construction du finale de la symphonie. L'atout majeur de l'interprétation de Kent Nagano est l'implacabilité. La Quatrième avance inéluctablement, sans le moindre «effet de chef». Mais Nagano ajoute à ce sens de la construction et à cette logique un très beau travail sur les timbres. La première note de la symphonie, souvent indifférente, est ici d'une ineffable beauté et la pâte sonore du 2e mouvement rappelle celle des plus grandes versions.

Le chef unit dans ce disque la sensibilité musicale et la rigueur intellectuelle, très exactement ce qu'on s'attend à le voir faire à Montréal. Et même si l'oeuvre de Schoenberg sera ardue pour bien des oreilles, cela vaut le coup d'insister, car tel est l'univers de notre nouveau chef!

Collaborateur du Devoir

***

KENT NAGANO

Brahms: Symphonie n° 4. Schoenberg: Variations op. 31. Deutsches Sinfonie-Orchester Berlin. Harmonia Mundi HMC 901 884. Paru le 7 novembre.