Festival du monde arabe 2006 - Dan Bigras et Bagdad Hip Hop: deux mondes, un même univers!

«Ce que représente pour moi le fait d'être porte-parole du FMA? Mais c'est énorme!», répond Dan Bigras, volubile comme d'habitude. «Nous sommes gouvernés par la peur. Des politiciens la cultivent délibérément pour ensuite se poser en protecteurs et se faire élire. On connaît le truc depuis le 11-Septembre. Et puis on généralise, au premier degré. Mais on devrait comprendre que les Arabes ne sont pas des Ben Laden et que les autres ne sont pas des Bush.»

«Si ma musique est politique? On n'a pas le choix puisque c'est toute notre vie qui l'est devenue», répond le rappeur montréalais de souche irakienne Narcy, âme du projet Bagdad Hip Hop. «Lorsque j'entre dans un magasin, la politique me rejoint parce que je suis arabe et que les gens me suivent en pensant que je vais leur voler quelque chose.»

Dan Bigras et Narcicyst ne devaient pas se rencontrer ce soir sur la même scène, mais des problèmes techniques et la fréquence des décibels du groupe du grand Dan, originellement prévu au théâtre Maisonneuve, ont forcé les organisateurs à regrouper les deux artistes ce soir au Corona, Bagdad Hip Hop assumant la première partie du programme.

Deux mondes, un même univers! Le premier monde est celui d'un «Quèbe» engagé, depuis longtemps parti à la rencontre de l'autre et qui s'adapte au contexte. «Il s'agit bel et bien de mon concert habituel, mais ce n'est pas juste ça. Ça se passe à travers l'esprit d'ouverture du FMA, ce qu'on dit entre les tounes, comment on se parle, comment on se retrouve ensemble. En plus, je ferai un truc avec Khalida, une chanteuse extraordinaire qui a traduit une chanson dans sa langue. Je vais donc chanter un peu en arabe. Qu'Allah me pardonne mon accent!»

Il y a aussi Narcy et son Bagdad Hip Hop, non le moindre, authentique poète contemporain, né à Dubaï de parents irakiens, arrivé ici en 1987, qui fut le premier MC à Montréal à raper en anglais et en arabe des textes à propos de l'identité d'un arabophone qui, passé à l'Ouest, se cherche une terre entre les deux. Narcy fut l'auteur et le seul MC de Narcy And The Euphrates, jusqu'au décès accidentel d'un de ses deux complices, en 2004. Il mène depuis lors une carrière sous le nom de Narcicyst en plus d'être membre à part entière du collectif Nomadic Massive. «Si, habituellement, on utilise beaucoup d'échantillonnages, on recrée ce soir, pour le FMA, des ambiances plus acoustiques avec percussions, violon et violoncelle.» Du hip-hop bien vivant, quoi!

Collaborateur du Devoir

***

- Dan Bigras et Bagdad Hip Hop ce soir au Corona à 20h.