Comment Luc Plamondon, les Stones, U2 et d'autres artistes évitent de payer des impôts

Les Rolling Stones n’auraient versé que 1,6 % de leurs revenus au fisc depuis deux décennies, affirme le journal britannique The Independent.
Photo: Agence Reuters Les Rolling Stones n’auraient versé que 1,6 % de leurs revenus au fisc depuis deux décennies, affirme le journal britannique The Independent.

Plusieurs artistes d'envergure internationale vivaient officiellement en Irlande jusqu'à l'an passé. C'était le cas du parolier québécois Luc Plamondon, qui a résidé officiellement en Irlande pendant cinq ans. Mais comme beaucoup d'autres, Plamondon a quitté la douce Irlande.

Depuis 1969, l'Irlande offrait à ses créateurs une exonération d'impôt. Eric Clapton, Mick Jagger, Neil Jordan et plusieurs autres ne s'y sont pas établis pour le seul plaisir de voir les vertes forêts du pays. Mais l'an passé, le ministre des Finances irlandais, Brian Cowen, a fait savoir que toutes les exonérations fiscales dont bénéficient les artistes seraient revues en 2006. La législation était en vigueur depuis 36 ans, et la nouvelle loi fiscale, en partie rétroactive, a eu l'heur de déplaire à certains artistes aux portefeuilles bien remplis, en particulier les Rolling Stones.

Depuis ces modifications fiscales, la plupart des artistes étrangers désertent l'Irlande. Les observateurs de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) avaient d'ailleurs prévu cet exode qui était, de l'avis de plusieurs, inévitable.

Luc Plamondon, qui disait depuis quelque temps en avoir assez de l'Irlande, s'est établi en Suisse, sur le bord du lac Léman, dans un luxueux appartement évalué à plus de 3,6 millions et présenté comme un havre de paix minimaliste. L'artiste québécois a d'ailleurs déclaré à l'hebdomadaire suisse L'Illustré: «Montreux, c'est désormais chez moi.»

D'autres vedettes de la chanson se sont établies en Suisse pour profiter d'avantages fiscaux. C'est le cas du chanteur britannique David Bowie, officiellement domicilié là-bas depuis plusieurs années. Plus récemment, la Canadienne Shania Twain s'est aussi installée à Montreux, avec son mari et producteur Mutt Lange.

Nouveau paradis fiscal

Désormais, c'est de l'autre côté de la Manche que lorgnent les artistes désireux d'échapper aux prélèvements de l'État. Les Rolling Stones n'auraient versé que 1,6 % de leurs revenus au fisc depuis deux décennies, affirme le journal britannique The Independent. Ce taux d'imposition dérisoire aurait été permis par des montages financiers recourant à des sociétés off-shore, ainsi que par la législation des Pays-Bas.

Le groupe de sexagénaires le plus célèbre de l'histoire du rock n'aurait ainsi payé que 7,2 millions de dollars au fisc pour des revenus d'au moins 450 millions depuis 1985.

Dans son enquête sur le sujet, le journal allemand Die Welt rappelle pour sa part que les Stones ont déménagé leurs intérêts financiers d'Angleterre dès 1972. Jagger est par ailleurs officiellement domicilié à l'île Moustique, Richards en Jamaïque et Watts en Grande-Bretagne...

Au mois d'avril dernier, Jagger et les siens, désireux de préserver leurs héritiers, ont décidé de placer tous leurs droits, musicaux et audiovisuels, à Amsterdam. Comme les Stones veulent rédiger leur testament aux Pays-Bas, ils ont dû s'inscrire auprès de la chambre de commerce d'Amsterdam, en tant que dirigeants des sociétés qui gèrent leurs droits. C'est ainsi que les chiffres qui font scandale depuis quelques jours ont pu être obtenus.

En Hollande, c'est la société financière Promogroup, avec à sa tête Jan Favié, qui veille sur les intérêts des Stones. La société s'occupe des produits dérivés, des films autant que des redevances du groupe.

Selon The Independent, le groupe irlandais U2 et son chanteur Bono sont à ce point impressionnés par les résultats de leurs illustres devanciers qu'ils entendent eux aussi confier leurs deniers à la même société.

La presse néerlandaise a confirmé il y a quelques jours que U2 Limited a déménagé une partie de ses intérêts de Dublin à Amsterdam. Depuis plusieurs années, le chanteur Bono milite pour des causes telles que le commerce équitable et l'engagement social altermondialiste. Il n'a pas expliqué comment il comptait concilier sa volonté de ne pas payer d'impôts avec ses exigences politiques, à savoir l'augmentation de l'aide aux pays pauvres et l'effacement de leur dette par les États occidentaux.

La bonne adresse

Herengracht 566: ce n'est pas un nom de code, mais une adresse, dans le centre historique d'Amsterdam. Et, à l'évidence, y établir son siège social peut rapporter gros si on est une rock star milliardaire.

En choisissant d'écouter les conseils avisés du prince Rupert de Loewenstein, appelé aussi Rupie the Groupie, les Stones se sont assurés d'accroître considérablement leur fortune. Le banquier qui gère leurs avoirs depuis des années leur a construit un pont d'or, à l'abri des systèmes d'imposition de leur pays d'origine.

Cette exception européenne hollandaise a été dénoncée à de nombreuses reprises par la Commission de Bruxelles et l'OCDE, mais le gouvernement de La Haye résiste vaillamment aux pressions.

***

Avec Le Monde
1 commentaire
  • Mathieu Demers - Inscrit 7 mai 2009 21 h 42

    ...les citoyens naissent tous égaux en droits...

    Raison de plus pour réclamer, pour tous les citoyens, humbles ou riches, les mêmes exemptions fiscales dont bénéficient ces gros noms.

    Pas que pour les vedettes et les élitistes qui nous font la morale sur notre manque de générosité.