Trente façons de chanter Paul Simon

Jamie Cullum
Photo: Pascal Ratthé Jamie Cullum

«C'est surtout un hommage au pouvoir des chansons de Paul Simon», résumait le cofondateur du FIJM André Ménard hier à qui voulait l'entendre, alors que les médias assistaient à un tout petit bout des répétitions de son Hommage à Paul Simon, grand événement du festival, présenté ce soir à 21h30 sur la grande scène de la rue Sainte-Catherine, angle Jeanne-Mance.

De la seule chanson entendue, version fidèle de Fifty Ways To Leave Your Lover, chantée en souplesse par Jamie Cullum, on déduisait ceci de la mise en scène manière Ménard: si on ne peut pas faire n'importe quoi avec du Paul Simon, respect oblige, le répertoire du champion de l'intégration des musiques en tous genres permet de ratisser large. «Je dénombre une trentaine de chansons, qui vont de l'évidence à la surprise: on va voir Sam Roberts faire de la salsa!»

Que chanteront les autres vedettes de cette affiche de rêve, les Bedouin Soundclash, Holly Cole, Elvis Costello, Jim Cuddy (de Blue Rodeo), Colin James, Daniel Lanois, Ariane Moffatt, Kevin Parent, Zachary Richard, Michel Rivard, Allen Toussaint, Jeri Brown et compagnie? «Il n'y a pas eu de tordage de bras, assure Ménard en riant. Chacun chante ce qui lui fait vraiment plaisir. Et ça veut dire du Paul Simon de toutes époques, du folk-rock de Simon & Garfunkel au gospel de Mother And Child Reunion, sans oublier les musiques brésiliennes et africaines, mais pas nécessairement dans cet ordre!»

Collaborateur du Devoir