Télévision - De la musique pour l'été

Certains trouvent que Gregory Charles en fait trop, et que son hyperactivité est épuisante. Pour d'autres, dont je suis, il est impossible de résister à sa passion et à son énergie.

Avec toutes les activités auxquelles il s'adonne, Gregory Charles n'avait sûrement pas besoin de s'impliquer dans une petite série de télévision diffusée sur Artv. Mais visiblement le projet l'allume, car ce pédagogue dans l'âme peut ainsi mieux nous faire comprendre comment les musiciens travaillent et ce qui les motive.

Pour une deuxième année de suite, donc, Gregory Charles propose Mélomaniaques, série consacrée à l'amour de la musique. Et pour l'animateur de l'émission, le musicien professionnel connu et l'amateur anonyme dans une chorale ont droit au même respect.

Mélomaniaques, c'est le genre d'émission où l'éclectisme triomphe. L'épisode de cette semaine est entièrement consacré aux tambours. Vous y verrez une demi-douzaine de percussionnistes réunis dans un chalet hivernal pour explorer les rythmes les plus variés. Il y a Mireille, une Québécoise qui a longuement perfectionné son art au Brésil, ou encore Michel, fabricant de congos dont les instruments se vendent partout en Amérique, également membre d'un orchestre qui regroupe des Cubains de Sherbrooke (ça ne s'invente pas!). Sous la houlette de Gregory Charles, les mariages musicaux les plus étonnants se produisent, comme lorsque Marc, originaire du Togo, fait revivre Le Rapide blanc sur son tambour africain...

Cet éclectisme se poursuivra jusqu'à la mi-juin, avec cinq autres épisodes consacrés aux cors et clairons, aux différents genres de guitare, aux fans de musique médiévale ou encore aux chorales d'enfants qui s'adonnent au chant sacré.

Les chaînes spécialisées savent que la saison printemps-été est idéale pour attirer les téléspectateurs. Car ces derniers, même s'ils sont moins nombreux devant le petit écran, se trouvent privés de leurs émissions préférées sur les grands réseaux conventionnels, dont les sacro-saints téléromans. Ils ont donc tendance à «magasiner» beaucoup plus d'une chaîne à l'autre.

Artv en profite donc pour proposer quelques nouveautés, dont une série sur le design le vendredi à 17h30, un nouveau magazine culturel nommé Bazart, de nouveaux épisodes de Visite libre, émission qui permet d'entrer dans les plus belles maisons du Québec, et des entrevues exclusives menées par Stéphan Bureau avec des humoristes, Les Grandes Entrevues Juste pour rire, diffusées en juillet.

Mais la musique demeure très présente, et pas seulement à cause de Mélomaniaques. Cet hiver, l'émission-vedette de la chaîne était Pour l'amour du country, qui pouvait rejoindre 100 000 téléspectateurs, un auditoire respectable pour une chaîne spécialisée. La série documentaire Paroles et musique se poursuit ces temps-ci en faisant découvrir les auteurs-compositeurs et interprètes d'ici (dont Marjo cette semaine et le duo DobaCaracol la semaine prochaine). On soulignera également par quelques émissions spéciales la présentation des FrancoFolies de Montréal en juin.

Et le lundi soir, Serge Postigo présentera tout au long de l'été une série de comédies musicales célèbres, dans une case-horaire consacrée à ce genre cinématographique.

Mélomaniaques, à Artv, début samedi 13 mai à 19h, en rediffusion le dimanche à 16h et le jeudi à 20h.