Médias - Vague de suppressions d'emplois dans la presse américaine

La presse américaine a été secouée la semaine dernière alors que deux grands groupes de presse ont annoncé des suppressions d'emplois dans une demi-douzaine de quotidiens prestigieux.

Symbole de cette mini-crise, le groupe New York Times Co. annonçait mercredi dernier la suppression de 500 emplois dans les prochains mois (soit 4 % des emplois). Au journal New York Times lui-même on prévoit supprimer 250 emplois, dont 45 dans la salle de rédaction. Au Boston Globe, qui appartient au même groupe, on prévoit supprimer 160 emplois, dont 35 journalistes. Le International Herald Tribune sera également touché.

Le même jour, deux grands quotidiens de Philadelphie, propriété du groupe Knight Ridder, annonçaient leurs propres compressions. Le Philadelphia Enquirer doit faire passer son équipe rédactionnelle de 500 à 425 personnes, une réduction de 15 %, alors que le Philadelphia Daily News doit retrancher 25 personnes de sa salle de rédaction de 130 personnes.

Et dernier en date, le San Jose Mercury News, également propriété du groupe Knight Ridder, annonçait ce week-end qu'il entendait éliminer 60 emplois, dont 52 dans sa salle de rédaction qui compte 330 postes.

Ces compressions s'ajoutent aux 600 emplois éliminés en 2004 au sein de l'empire Tribune qui possède des titres comme Los Angeles Time et Chicago Tribune.

En ce qui concerne le groupe New York Times, les revenus publicitaires du quotidien New York Times affichent une très légère hausse depuis le début de l'année (1,6 %), mais les prévisions pour septembre sont mauvaises et les revenus publicitaires du Boston Globe sont en baisse de 2,4 % depuis le début de l'année. Les revenus de distribution sont en baisse de 0,8 % pour l'ensemble des journaux.

Ces derniers jours, dans la presse américaine certains analystes font valoir que les grands empires devront apprendre à vivre avec une marge de profit moins élevée.

La prudence actuelle des grands journaux s'explique de plusieurs façons. Au New York Times la dette à long terme est particulièrement sous surveillance depuis que le groupe a acheté pour 400 millions About.com, un site d'informations et de services pratiques.

Mais plusieurs analystes évoquent aussi la baisse de la publicité (et particulièrement la vente au détail), les tirages qui ne montent pas (quand ils ne sont pas en baisse), une autre hausse possible du prix du papier cet automne, et de façon générale une certaine désaffection du public pour les journaux, qui subissent la concurrence d'Internet, des chaînes de télévision câblée et des nouveaux divertissements en général.