À voir à la télévision le mercredi 28 septembre - La face sombre du transgénique

L'amorce donne le ton. Accrochés aux flotteurs de leur zodiac, des militants de la section britannique de Greenpeace partent à l'abordage d'un navire transportant près de 125 000 tonnes de maïs génétiquement modifié importé des États-Unis par l'Union européenne. Objectif: attirer l'attention de l'opinion publique sur ces nouveaux aliments qui, disent-ils, menacent la bonne marche du monde.

La musique est dramatique, les propos des activistes sont alarmants et les images coupent le souffle, avec ces petits hommes tentant, depuis une mer agitée, de s'accrocher à la paroi du cargo. Pour le bien de l'humanité...

Et ce n'est qu'un début. En 50 minutes, ce documentaire propose en effet une exploration en règle, aux quatre coins du monde, des effets pervers des organismes génétiquement modifiés (OGM), qui font sonner les tiroirs-caisses des géants des biotechnologies et hérissent les «partisans d'un autre monde».

De la déception de Marc Van Montagu, ce scientifique belge qui a découvert les OGM — «Un jour avant Monsanto», dit-il — à la saga judiciaire au Canada de l'agriculteur albertain Percy Schmeiser (accusé d'avoir volé des semences à ce même Monsanto), en passant par la prolifération de ces transgènes au Brésil, le voyage est étourdissant. Il est aussi un brin teinté par la peur de cette innovation qui, malgré une opposition féroce, poursuit sa lente progression dans les campagnes. Ici et ailleurs.

Ce ne sont pas les cultivateurs brésiliens qui vont s'en plaindre, eux qui voient aujourd'hui ces OGM, achetés sous le manteau, dans leur cas, comme «l'avenir du monde». Rien de moins.

Grands documentaires / OGM : l'enjeu planétaire
Télé-Québec, 21h