14 juillet 1949 - LES COMMUNISTES EXCOMMUNIÉS

Cité du Vatican, 14 (A.P.) - Sa Sainteté le Pape Pie XII vient de décréter l'excommunication majeure contre tous les communistes militants qui seraient catholiques. Ce qui signifie qu'ils n'auront plus droit aux sacrements et autres secours de l'Église.

L'excommunication touche tous les membres de l'Église catholique 'qui font profession de la doctrine matérialiste et antichrétienne des communistes'.

La nouvelle est communiquée dans un décret de portée historique de la Sacrée Congrégation du Saint-Office, portant l'approbation du Souverain Pontife. C'est la quatrième fois que le Pape se sert de l'excommunication pour combattre le communisme, dans les récentes années.

Les décrets précédents étaient dirigés contre ceux qui ont condamné Son Exc. Mgr Alojzic Stepinac, en Yougoslavie, en 1946; ceux qui sont responsables de l'emprisonnement du primat de Hongrie, Son Em. le cardinal Mindszenty; et contre les fondateurs et membres volontaires du prétendu mouvement d'Action catholique de Tchécoslovaquie, qui est comme on sait une affaire montée par le gouvernement.

Des informateurs du Vatican disent que le décret, par son texte même, entend être un dernier avertissement aux catholiques qui défendent ou suivent encore le communisme. Il applique la plus forte discipline de l'Église à ceux qui faiblissent sous la pression communiste.

Il y a quelque 330,000,000 de catholiques dans le monde, selon une compilation récente.

Voici ce que dit le décret: 'Les chrétiens qui font profession de la doctrine matérialiste et antichrétienne des communistes, et particulièrement ceux qui la défendent et la propagent, encourent ipso facto... l'excommunication spécialement réservée au Saint-Siège'.

Il s'agit de l'excommunication majeure. Elle prive les coupables des sacrements et autres secours de la religion, et les sépare du corps des fidèles.

Les pays où il y a à la fois beaucoup de catholiques et beaucoup de communistes sont la Pologne, la Tchécoslovaquie, la Hongrie - en Europe orientale; la France et l'Italie - en Europe occidentale.

La catholique Italie compte environ deux millions de communistes.

La Sacrée Congrégation du Saint-Office, qui a pour mission de défendre la foi contre les fausses doctrines, a décidé de l'excommunication au cours d'une réunion secrète tenue le 28 juin dernier. Le Pape a approuvé la décision et ordonné deux jours plus tard la promulgation du décret. On n'explique pas pourquoi la publication en a été retardée de deux semaines.

Cette mesure paraît n'avoir aucun précédent dans toute l'histoire de l'Église. Elle touchera peut-être des millions de catholiques.

Les pays où la lutte entre le communisme et l'Église est la plus vive, sont les suivants: la Tchécoslovaquie, la Pologne, la Hongrie, la Yougoslavie, la Bulgarie et la Roumanie, tous dans l'orbite russe, et la Russie elle-même, où toutefois l'Église catholique n'existe pratiquement pas. Un informateur du Vatican estime que près de 3,000 prêtres ou religieux catholiques sont emprisonnés dans ces pays.

Radio-Vatican a commencé de diffuser le décret en douze langues, hier soir.

Selon la procédure de Rome, le décret est transmis à tous les évêques du monde, qui le transmettent à leur tour aux fidèles de leur diocèse. [...]