À voir à la télévision le jeudi 14 juillet - Le nouvel apartheid

Un monde fait d'archipels urbains liés entre eux, économiquement très prospères et où les plus hautes technologies se concentrent. Tout autour, un vaste océan de travailleurs qui vivent dans l'indigence la plus complète. Voilà en clair ce que nous réserve le XXIe siècle si on en croit le documentaire Les Oubliés du XXIe siècle ou la fin du travail.

Le mode de production capitaliste est en effet en voie de passer de l'«emploi de masse» à l'«emploi d'élite». Dans ce contexte, «nous allons vers des compagnies sans travailleurs», avance l'économiste Jeremy Rifkin. Les actionnaires, dans un souci de rendement à court terme, indiquent la marche à suivre. À preuve, des mises à pied riment souvent avec une augmentation de la valeur boursière de l'entreprise. Quand ce ne sont pas des productions entières qui sont délocalisées au nom de la compétitivité.

L'actuelle mondialisation, fondée sur la liberté de marché, s'accompagne aussi de la première révolution technologique sans aucune vision sociale. Les emplois temporaires, risqués et mal payés sont d'ailleurs en pleine explosion dans les pays occidentaux. Difficile alors pour les travailleurs de faire valoir leurs droits.

Ce documentaire a été produit par l'Office national du film il y a déjà cinq ans, mais les questions qu'il soulève au sujet des délocalisations d'entreprises prennent encore plus de poids avec la poussée de fièvre de géants comme la Chine et l'Inde.

D'une actualité brûlante donc, car si cette logique perdure l'espace de quelques décennies, on pourra bien voir apparaître un véritable apartheid social mondial. Auteur du livre La Fin du travail, Jacques Attali appréhende même un «génocide économique justifié par l'inutilité sociale». Constat pessimiste? La réalité tend à prouver

le contraire.

Les Oubliés du XX1e siècle ou la fin du travail
Télé-Québec, 20h