À voir à la télévision le mercredi 15 juin - Le repas du soir mis à nu

À l'heure de la malbouffe, des gras trans et de la vache folle, il y a, à l'heure du souper, les craintes, les mythes, les demi-vérités, les silences complices et, de temps en temps, des réponses simples à des questions qui le sont tout autant: Qu'est-ce qui pousse dans notre assiette? Quel est le prix — social et éthique, s'entend — d'une belle tomate rouge disponible à longueur d'année dans les épiceries ou d'un poulet dont on n'aime que la poitrine? Et comment les caprices des consommateurs ou des distributeurs se répercutent-ils dans les champs ou les fermes d'élevage de saumon?

En 50 minutes et un voyage dans la province d'Almeria, en Espagne, un territoire conquis depuis des années par l'agro-industrie des fruits et légumes hydroponiques, la lumière se fait un peu plus claire sur la véritable nature de notre alimentation... tout comme sur les effets pervers de l'homogénéisation et de la normalisation des aliments qui, en devenant plus jolis, plus attrayants, finissent par perdre un peu leur âme et surtout leur goût.

Le sujet est délicat. Il est aussi hautement émotif, mais en même temps abordé ici sans censure ni complaisance par cette équipe de Canal + (la télé française) qui, d'une usine de «fabrication» de poussins à une pisciculture en passant par un exposé honnête sur l'art de réussir un poivron parfait «pour la ménagère», entend-on, et une incursion dans une usine de «fabrication» de poitrines de poulet, explore l'univers intensif de cette alimentation industrialisée dont on semble ne plus pouvoir se passer. Une alimentation tout en beauté et en pesticide qui, à grands coups de technologie, de vaccins et de cocktails de nutriments chimiques, finit par nourrir autant le corps que les paradoxes et
les inquiétudes.

Qu'est-ce qui pousse dans notre assiette ?
RDI, 20h