Frénésie à Joliette

Une petite forêt d'antennes paraboliques autour du palais de justice de Joliette, une centaine de journalistes accrédités (dont le réseau américain ABC), les réseaux de télévision diffusant en direct (CTV était en ondes dès 7h hier matin), des badauds ravis du spectacle et les restaurateurs qui se frottent les mains: la ville de Joliette était témoin hier d'une activité médiatique sans précédent.

L'audience de Karla Homolka-Teale avait lieu dans une petite salle du palais de justice, où une vingtaine de places avaient été réservées aux médias. Pour y entrer, les journalistes et la poignée de spectateurs qui avaient pu obtenir une place devaient se soumettre à une fouille et au détecteur de métal.

Les autorités du palais de justice avaient ouvert deux autres salles où les journalistes refoulés pouvaient suivre les débats sur grand écran. Comme l'image n'était pas très bonne, ils se précipitaient sur les chanceux (dont Le Devoir) qui avaient pris place dans la salle pour se faire préciser la couleur exacte des cheveux de la célèbre prisonnière...

Comme c'est souvent le cas dans ce type d'occasion, une partie des journalistes étaient donc là pour couvrir la frénésie médiatique, et on pouvait à l'occasion voir des journalistes en interviewer d'autres...

Vous sentez-vous envahis? «Ah! non, on est bien accueillants», ont déclaré deux dames sur le bord du trottoir, contemplant la cohue des médias. Il y avait presque une atmosphère champêtre de fête sous le soleil... qui contrastait énormément avec les actes commis par Karla Homolka, tels que racontés le matin en audience.