Allocution du magnat de la presse devant la Société américaine des rédacteurs en chef - Rupert Murdoch cède à l'attrait du numérique

Le nom de Rupert Murdoch évoque surtout celui d'un des principaux maîtres du Monopoly des médias audiovisuels. On se réfère moins souvent au patron du Times et du Sun à Londres, du New York Post aux États-Unis et de plusieurs journaux australiens à l'origine de son groupe.

C'est bien en propriétaire de journaux qu'il est venu à Washington, mercredi, invité par la Société américaine des rédacteurs en chef de journaux: «Quand un propriétaire de journaux fait face à autant de rédacteurs en chef, cela ne veut généralement dire qu'une chose: une demande d'augmentation!», a-t-il d'abord plaisanté, avant de se présenter, humblement, comme un «immigrant numérique» qui a eu du mal à s'adapter à cette nouvelle ère, à l'instar de beaucoup de monde dans les journaux.

Mais c'est du passé: «Face à cette révolution, nous avons été lents à réagir, a-t-il dit. Les tendances sont contre nous [...]. Si nous ne nous réveillons pas, avec ces changements qui sont différents de ceux d'il y a cinq ou six ans, nous serons relégués, en tant qu'industrie, dans le rang des perdants.»

S'adapter à tout prix

Citant une étude de Carnegie Corporation, selon laquelle Internet, plus particulièrement Yahoo! et Google News, devient le média d'information des 18-34 ans, M. Murdoch précise que les journaux composés de nombreux «immigrants numériques» doivent s'adapter rapidement pour s'adresser à ceux qui sont «numériques de naissance»: «C'est une révolution dans la façon de s'informer des jeunes générations. Elles n'attendent pas qu'une figure divine leur dise ce qui est important. Elles veulent des informations à la demande, quand cela leur convient. Elles veulent avoir un contrôle sur les médias plutôt que d'être contrôlées par eux.»

Rupert Murdoch cite aussi Jeff Jarvis, blogueur et président de Advance.net qui regroupe les sites de Newhouse-Conde Nas): «Donnez aux gens le contrôle des médias, ils l'utiliseront. Ne le leur donnez pas, et vous les perdrez.»

Miracle d'Internet: sur son blog — buzzmachine.com —, Jeff Jarvis explique qu'il a aidé la personne qui a contribué à écrire ce discours...

Le patron de News Corporation indique que son «groupe continuera à investir dans les journaux. [...] Mais nos sites Internet peuvent faire beaucoup plus, en créant des communautés virtuelles pour nos lecteurs, reliées à d'autres sources d'information, d'autres opinions [...] Nous devons remodeler notre présence sur Internet. Elle ne peut plus être une reproduction sans saveur du journal imprimé. Nous devons proposer un contenu indispensable et pertinent». Le journal doit devenir une page d'accueil des internautes, au même titre que des portails comme MSN, Google ou Yahoo!.

Par les blogues

L'avenir des journaux sur Internet, selon M. Murdoch, passe par les blogues. Le site Internet d'un journal doit être «un lieu de conversation»: «Nous devons être la destination naturelle de ces blogueurs. Nous devons encourager les lecteurs à utiliser le Web pour discuter avec les reporters et les rédacteurs en chef sur l'écriture, la présentation d'un article. Nous pouvons utiliser ces blogueurs dans la couverture quotidienne des informations.»

Sans remplacer les journalistes, ils peuvent «élargir notre couverture, donner de nouvelles perspectives, approfondir notre relation avec nos communautés de lecteurs». «À condition, a-t-il cru bon de préciser, que les lecteurs comprennent la différence entre blogueurs et journalistes...»

Enfin, le développement du haut débit permet l'utilisation d'images vidéo: «News Corporation est à la fois un diffuseur audiovisuel et un éditeur de journaux. Nous avons dépensé des milliards de dollars dans des programmes sportifs, d'actualités ou de divertissement. Il s'agit de les amener dans le haut débit, de marier papier et vidéo pour recueillir les revenus publicitaires nés de la convergence de ces médias.»

Ce discours volontariste intervient alors qu'Internet s'impose comme média d'information. Aux États-Unis, Yahoo! News est le deuxième site d'information après CNN.com, loin devant les sites des journaux. Ces derniers adoptent une stratégie plus offensive, comme le rachat par le New York Times du site About.com, sorte de guide pratique en ligne.

Le magazine politique en ligne Slate a été racheté à Microsoft par le Washington Post. Enfin, trois grands groupes de journaux américains, Tribune Company, Gannett et Knight-Ridder se sont associés pour acheter l'agrégateur d'informations Topix.net.