À voir à la télévision le mardi 19 avril - De la douceur à l'esclavage

Les trous de beigne, les barres de chocolat, la canette de Coke de l'après-midi, la confiture de fraises, les biscuits à la mélasse et la tartine au Nutella ne devraient plus jamais avoir le même goût.

En levant le voile sur les réalités qui se cachent derrière la puissante industrie sucrière, le documentariste canadien Brian McKenna vient en effet donner une autre saveur à cet ingrédient incontournable des régimes alimentaires occidentaux, dont il serait sans doute impossible de se passer. Et ce, même si l'arrière-goût est loin d'être agréable.

Le sucre, apprend-on dans cette série en deux épisodes, c'est en effet bien plus qu'une sensation de douceur rappelant, selon une poignée de psychanalystes, le rapport mère-enfant. C'est aussi un empire fondé au XVIIe siècle qui peut se vanter d'avoir maintenu l'esclavage jusqu'à nos jours — la visite d'une plantation de canne à sucre en République dominicaine en témoigne — et qui, avec ses entrées dans les coulisses du pouvoir, ici comme ailleurs, s'assure d'un environnement propice au bon déroulement de ses affaires.

Comme pour d'autres pans de la société (la publicité par exemple), le cynique ne s'en étonnera pas, souriant même devant cette histoire de généreuses subventions faisant suite au versement de 65 millions $US dans différentes caisses de partis politiques. Il risque par contre de se désoler devant l'énergie déployée par ses barons du sucre pour mettre, devant l'Organisation mondiale de la santé (OMS), des bâtons dans les roues des pourfendeurs de l'embonpoint et de l'obésité. Avec succès, à une époque où près de 18 millions d'enfants de moins de cinq ans en souffre dans le monde.

L'Empire du sucre

Radio-Canada, 21h