Télévision - Pas de hockey, vive les magazines printaniers!

Tout ça, c'est à cause du hockey. Pendant des années, les éliminatoires de la Ligue nationale de hockey (LNH) ont rempli la grille-horaire de Radio-Canada. Impossible de «fidéliser l'auditoire», explique Mario Clément, directeur des programmes de Radio-Canada.

Or, comme tout le monde le sait, Radio-Canada a abandonné la diffusion du hockey (décision qui avait été prise nonobstant la grève actuelle dans la LNH). Résultat concret: pour la première fois depuis des temps télévisuels immémoriaux, Radio-Canada proposera une véritable programmation printanière organisée autour de rendez-vous fixes, en voulant créer une habitude télévisuelle qui se poursuivrait pendant l'été.

D'ici un mois, donc, ce sont six nouvelles émissions québécoises qui seront à l'affiche à Radio-Canada, en plus de deux quiz déjà connus (On ne ment que deux fois, qui revient à l'affiche tous les jours dans une formule renouvelée, et L'union fait la force, qui poursuit sur sa lancée).

Dans le passé, les programmations estivales des différents réseaux avaient tendance à être plutôt légères, dirions-nous poliment. Sur papier, Radio-Canada semble avoir privilégié l'originalité. Mais il faudra évidemment juger de la réalité au fil des semaines.

Après le lancement de la série Louis-José Houde... à suivre la semaine dernière, qui suit l'humoriste en tournée en huit épisodes, on procède cette semaine au lancement de deux titres «forts», deux émissions hebdomadaires d'une heure sur lesquelles Radio-Canada compte beaucoup.

On trouve d'abord, le lundi soir, En attendant Ben Laden, au titre à la limite du mauvais goût, qui semble un dérivé d'Infoman: trois animateurs, Pierre Brassard, Jean-René Dufort et Marie-Soleil Michon, présentent une revue sarcastique de l'actualité de la semaine. L'émission est diffusée en direct, et les téléspectateurs pourront appeler en tribune téléphonique pour prendre position sur différents sujets. L'émission promet également de «tester des produits de consommation et de proposer des sujets de conversation autour du BBQ», de dire les

animateurs.

Puis, le mercredi soir, l'animatrice Chantal Lamarre proposera Tout le monde tout nu!, une émission qui s'intéressera au corps, à la dictature du paraître, aux obsessions sur la santé. Des personnalités viendront discuter de leur apparence et de leur rapport à leur corps. Parmi les sujets abordés au fil des semaines: la chirurgie esthétique, le tatouage, l'épilation, les régimes, la cybersexualité et certaines questions philosophiques aussi insondables que «pourquoi les blondes fascinent-elles autant?»...

Radio-Canada lancera également d'ici trois semaines deux autres titres, Des vertes et des pas mûres, sorte de talk-show diffusé quatre soirs sur cinq à 19h, où Sébastien Benoît accueillera des invités qui raconteront des expériences estivales, et Des kiwis et des hommes, un rendez-vous matinal quotidien de 90 minutes qui remplacera L'été c'est péché, de Francine Ruel, où Vincent Graton et Francis Reddy seront installés au marché Jean-Talon de Montréal pour faire leurs emplettes, préparer une recette et discuter avec des invités.

Mais le plus gros défi de l'été, dont on reparlera, prendra l'affiche dans un mois: c'est le 16 mai que Radio-Canada lancera en effet Bons baisers de France, grand talk-show quotidien d'une heure diffusé du lundi au vendredi à 21h, avec France Beaudoin fraîchement débauchée de TVA.

En attendant Ben Laden, Radio-Canada, début lundi 11 avril à 20h.

Tout le monde tout nu!, Radio-Canada, début mercredi 13 avril

à 20h.