Le diffuseur Danse Danse se dit censuré par Meta

À l’heure actuelle, les règles de la multinationale Meta autorisent la diffusion d’images d’hommes torse nu, mais pas celles de femmes dont on verrait les mamelons, le tout avec quelques exceptions.
Getty Images par Agence France-Presse À l’heure actuelle, les règles de la multinationale Meta autorisent la diffusion d’images d’hommes torse nu, mais pas celles de femmes dont on verrait les mamelons, le tout avec quelques exceptions.

Le diffuseur de spectacles Danse Danse se dit victime de censure de la part de Meta, la maison mère de Facebook et Instagram. Des publications faisant la promotion du prochain spectacle de la compagnie Marie Chouinard ont été récemment supprimées parce qu’on y voyait des danseuses seins nus.

« Je suis consternée ! Ce n’est pas nouveau de voir des corps nus ou en partie dans le milieu de l’art, particulièrement en danse contemporaine, c’est très fréquent. Ça ramène encore tout ce questionnement sur la sexualisation des corps », déplore en entrevue la porte-parole de Danse Danse, Sheila Skaiem.

C’est tout d’abord la bande-annonce de la pièce de danse contemporaine « M » — présentée la semaine prochaine à Québec, puis à Montréal début février — qui a été supprimée du compte Instagram du diffuseur, accompagnée d’un avertissement.

L’image de couverture de la page Facebook, présentant aussi le spectacle, a également été supprimée avec l’interdiction temporaire d’en ajouter une nouvelle, laissant la page avec un fond uni gris.

Photo: Sylvie-Ann Paré L’image de promotion de « M » qui faisait office de photo de couverture de la page Facebook de Danse Danse

La raison donnée par Meta ? Ces images violent sa politique d’utilisation en ce qui concerne « la nudité et les activités sexuelles ».

L’équipe de Danse Danse a demandé une révision de cette décision, mais sans succès, le verdict est resté le même. « En cas de récidive, notre page sera carrément bannie », précise Sheila Skaiem.

À l’heure actuelle, les règles de la multinationale autorisent la diffusion d’images d’hommes torse nu, mais pas celles de femmes dont on verrait les mamelons. Elles prévoient certaines exceptions dans des contextes de santé, comme l’allaitement ou les chirurgies de réassignation sexuelle. Une exception est également accordée dans le cas de « photos de tableaux, de sculptures ou d’autres oeuvres d’art représentant des personnages nus ».

Règles « floues et arbitraires »

Pour Danse Danse, il est clair, considérant la situation, que les règles définissant ce qu’est une oeuvre d’art sont « floues et arbitraires ».

« Que faire la prochaine fois ? Censurer nous-mêmes les oeuvres ? » se questionne Sheila Skaiem, rappelant à quel point les réseaux sociaux sont devenus un outil de promotion essentiel pour les compagnies culturelles.

Contactées par Le Devoir, Marie Chouinard et la Compagnie Marie Chouinard indiquent appuyer Danse Danse dans sa démarche et déplorent la situation.

 

De son côté, Meta confirme avoir supprimé ces images, car elles violaient ses règles d’utilisation. L’entreprise dit vouloir « limiter l’affichage de la nudité, car certaines personnes de [sa] communauté peuvent être sensibles à ce type de contenu ».

Elle souligne faire « preuve de tolérance » à l’égard de certains contenus, notamment d’oeuvres d’art, mais insiste sur le fait que sa politique est claire à ce sujet : les représentations artistiques de corps nus sont autorisées, mais pas les « images d’adultes nus réels ».

À voir en vidéo