Le «NY Post» réserve un accueil satirique à Trump

Le tabloïd détenu par Rupert Murdoch avait pourtant soutenu l’ancien président républicain pendant son mandat présidentiel.
New York Post Le tabloïd détenu par Rupert Murdoch avait pourtant soutenu l’ancien président républicain pendant son mandat présidentiel.

« Un homme de Floride fait une annonce ». C’est avec ces mots que le tabloïd américain New York Post a annoncé, au bas de sa une du 16 novembre, le retour de Donald Trump aux prochaines élections américaines.

Pour en savoir plus sur la nouvelle, il faut feuilleter le quotidien jusqu’à la page 26, où une brève au ton satirique nous apprend que « 720 jours seulement avant les prochaines élections, un retraité de Floride a fait l’annonce surprise mardi soir qu’il serait candidat à la présidence ». L’ex-président des États-Unis est également décrit comme un « golfeur passionné » avant que le journal ne précise son nom : Donald J. Trump.

Plus loin, le Post indique que l’annonce de Trump a été faite à Mar-a-Lago, « son centre de villégiature et sa bibliothèque de documents classifiés », référence humoristique à la découverte de documents classés top secret dans la villa du milliardaire et récupérés par le FBI en août dernier.

L’empire médiatique détenu par Rupert Murdoch — qui comprend le New York Post, Fox News et le Wall Street Journal — a soutenu Donald Trump avant et pendant son mandat présidentiel. Mais le vent semble avoir tourné depuis les élections de mi-mandat, où la vague républicaine ne s’est pas matérialisée. Selon plusieurs médias, dont le Guardian, Rupert Murdoch aurait averti Donald Trump que son industrie médiatique ne soutiendrait pas son retour à la Maison-Blanche.

« Murdoch va jouer dur d’ici à 2024… » commente d’ailleurs sur Twitter le spécialiste de la politique américaine et chercheur au CERIUM Pierre Martin, en référence à la brève publiée dans le Post.

La une a fait réagir sur les réseaux sociaux. Un compte Twitter parodiant Donald Trump s’est amusé à comparer la couverture du Post de 2022 avec celle de 1990. À l’époque, le magnat de l’immobilier, en plein divorce d’Ivana, avait ordonné au tabloïd d’apparaître sur la première page, alors que son ex-épouse en devenir venait de faire la une du New York Daily News, rapportait en 2018 une ancienne journaliste du Post dans le Hollywood Reporter.

Un « flop » médiatique

Au-delà de la mésentente entre Murdoch et Trump, la candidature de ce dernier à la présidence des États-Unis en 2024 a suscité peu d’engouement auprès de la presse américaine, l’annonce de son retour étant parfois même absente des unes des grands journaux.

À voir en vidéo