Télévision - C'est la fin pour Le Bleu du ciel

Radio-Canada a définitivement mis fin hier au téléroman Le Bleu du ciel en annulant la diffusion de la prochaine saison. La nouvelle a été transmise à l'auteur Victor-Lévy Beaulieu, qui avait prévu que son oeuvre puisse durer trois ans, ainsi qu'à toute l'équipe.

Le Bleu du ciel a été mis en ondes en septembre dernier. L'écoute de l'émission a sans cesse diminué, passant de 800 000 à moins de 300 000 téléspectateurs.

«Nous avons tenté de donner une seconde chance cet hiver au téléroman, explique Mario Clément, directeur des programmes de Radio-Canada, mais c'est un produit qui n'a pas trouvé son public. Ça ne sert à rien de continuer. Une dramatique en soirée, en "prime time", doit quand même pouvoir rassembler un public plus large.»

L'écriture de la prochaine saison est terminée et la moitié des tournages extérieurs sont complétés. Radio-Canada devra honorer son contrat avec l'auteur, mais les comédiens perdent leurs revenus prévus pour l'année prochaine.

Lors du lancement du téléroman, Radio-Canada avait fait grand cas du travail novateur réalisé, avec une technologie qui permettait de «sentir» le paysage extérieur par les fenêtres même si la scène se déroulait dans une maison. Mais Mario Clément admettait hier au Devoir que la production avait démarré «sur les chapeaux de roues», alors que tout n'était pas prêt. «Au départ, c'était un texte très intéressant, explique-t-il. Mais les scènes n'étaient pas travaillées comme nous l'aurions voulu, la réalisation n'était pas prête, le jeu des comédiens n'était pas constant parce que les réalisateurs changeaient. Nous avons essayé de remédier à tout ça en janvier», mais peine perdue. «C'est probablement le dernier téléroman à l'ancienne que nous diffusons», conclut Mario Clément, qui insiste sur le besoin de renouveler le genre.

«Je trouve ça plutôt bizarre que Radio-Canada décide de retirer le téléroman après tous les efforts qui ont été faits, surtout que depuis janvier c'était meilleur, déclarait hier soir Victor-Lévy Beaulieu au Devoir. Ce n'est pas respectueux envers les gens qui suivent le téléroman, et c'est un peu insultant. Peut-être que Le Bleu du ciel ne correspondait pas à la sensibilité actuelle: ce n'était ni de l'humour ni du prêt-à-porter.» Victor-Lévy Beaulieu, qui a donné de grandes oeuvres à Radio-Canada, dont L'Héritage et Bouscotte, avait déjà mentionné que Le Bleu du ciel serait son dernier téléroman.