Télévision - Anti héros en crise

Il faut se méfier de Claude Meunier. Sous des dehors loufoques et surréalistes, La Petite Vie était une attaque en règle contre l'univers des téléromans ainsi qu'une réflexion sur les dysfonctionnements de la famille. Et ses pièces de théâtre à l'humour absurde rendaient compte de la solitude et du vide désespérant dans les rapports humains.

Alors, en ce qui concerne Détect. Inc., il faut aussi se méfier. Au premier regard, l'affaire se présente comme une parodie de série policière, avec deux détectives looser et patauds qui accumulent les ratés dans une suite de gags et de phrases absurdes «à la Meunier».

Mais, quand on examine bien le propos et qu'on écoute Meunier parler de sa nouvelle série, on comprend que rien n'est simple. Une petite parodie policière, vraiment?

«Ce sont des loosers parce qu'ils sont mal "enlignés", explique l'auteur. Tant que James Bonin [le personnage interprété par Gilbert Sicotte] ne comprendra pas qu'il n'est pas James Bond, il ne sera pas bien avec lui-même. Les gens ordinaires doivent accepter qu'ils sont ordinaires. On ne peut pas être tous des héros dans la vie.»

Détect. Inc. serait donc une série sur les héros ratés, ou sur les héros qui croient qu'ils le sont mais qui ne peuvent l'être, ou encore sur les absurdes rêves

de grandeur du Québécois incapable d'aller jusqu'au bout de ses désirs. «La série porte aussi sur la façon dont les hommes entretiennent leur bullshit, ajoute Meunier. C'est aussi une série sur le désert de la banlieue, là d'où je viens et où tout le monde est seul.»

Comme on peut le voir, rien n'est simple avec Claude Meunier, et dans sa nouvelle oeuvre les thèmes s'entrecroisent par couches superposées.

L'histoire met en scène deux détectives privés vraiment ratés, Bob Marlow et James Bonin, interprétés par Meunier et Sicotte respectivement. Le genre de détectives recevant un appel pour un vol de huit kilos de steak haché plutôt que de cocaïne... Autour du duo, on retrouve une galerie de personnages pittoresques, dont la femme de Bonin (Élise Guilbeault), découragée par les échecs de son mari, qui travaille comme spécialiste de l'horoscopathie, un improbable croisement entre l'astrologie et la massothérapie. La secrétaire de l'agence Détect. Inc. (interprétée par Pascale Desrochers) est obsédée par les amours de Brad Pitt et de Julia Roberts. Le quartier complet est sous le contrôle d'une redoutable patronne de la mafia (la composition de Diane Lavallée est sensationnelle), qui fait trembler tous les caïds en les plongeant dans une sécheuse lorsqu'ils font mal leur travail...

Bref, un prétendu suspense policier qui défait tous les codes, avec à la clé une réflexion sur «l'enfer du couple», selon Claude Meunier. Les décors sont réalistes, contrairement à ceux de La Petite Vie; les personnages pourraient l'être (ici, pas de Moman jouée par un Serge Thériault habillé en femme), mais ils s'échangent des répliques absurdes.

Après le monstrueux succès de La Petite Vie, le défi était de taille pour Claude Meunier. Le mélange des genres dans Détect. Inc. déconcertera-t-il le téléspectateur? En tout cas, certaines scènes suscitent l'hilarité et les personnages sont assez étranges pour piquer la curiosité. Meunier confie son admiration pour des réalisateurs qui «racontent des choses dramatiques avec humour», citant pêle-mêle Woody Allen, Lina Wertmuller et Ettore Scola comme ses idoles.

Et on se réjouit de voir Gilbert Sicotte plonger dans un univers très différent de tout ce qu'il a fait auparavant et défaire son image du chef policier dans Fortier, une série qui avait d'ailleurs été réalisée par François Gingras... réalisateur de Détect. Inc.!

***

Détect. Inc., lundi 3 janvier, Radio-Canada, 21h. Le premier épisode dure exceptionnellement une heure quinze minutes et est suivi d'un making of de 15 minutes.